Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2007 → Etude de l’impact de l’approche participative dans la gestion durable des peuplements semenciers de Kirbou, de Di et de Tiakané

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2007

Etude de l’impact de l’approche participative dans la gestion durable des peuplements semenciers de Kirbou, de Di et de Tiakané

Bassepe, W. Serge Hermann

Titre : Etude de l’impact de l’approche participative dans la gestion durable des peuplements semenciers de Kirbou, de Di et de Tiakané

Auteur : Bassepe, W. Serge Hermann

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2007

Résumé
En 1998, le CNSF a initié une stratégie de gestion participative des Peuplements semenciers avec les populations locales. Celle-ci avait pour but de garantir la pérennité : des Peuplements semenciers menacés de disparition du fait d’une forte action anthropique. A travers cette stratégie, le CNSF a impliqué les producteurs et autres partenaires dés la production de semences forestières.
Economiquement, le Comité de gestion communautaire du Peuplement semencier de Acacia senegal de Kirbou tire en moyenne annuellement de la production de senences 214420 FCFA dont 4250 FCFA pour chacun de ses membres. Par contre, le Corn : de gestion communautaire du Peuplement semenciers de Sclerocarya birrea de Dî a obtenir en moyenne 26 975 FCFA de la vente de semence des trois (03) années de récolte. Le Corn .é de gestion familial du Peuplement semenciers de Parkia big/abusa de Tiakané tire en moyenne 14970 FCFA chaque année de la production de semences.
Dans le domaine social, les revenus tirés de la production de semences sont répartis convenablement entre les membres des Comités de gestion. Les femmes occupent une .place importante dans ce système de gestion où les membres des différents Comités s’entendent parfaitement entre eux et avec les autres habitants du village.
Au plan écologique, les membres des Comités ont reçu des formations en techniques forestières qu’ils appliquent dans la gestion des PS. Ces formations ont renforcé les capacités techniques forestières des membres.
L’analyse de l’activité de production de semence a révélé une viabilité sociale et écologique avec cependant, une faiblesse organisationnelle et économique. Les viabilités sociale et écologique doivent être maintenues alors que les viabilités organisationnelle et économique doivent être renforcées.

Mots clés : Peuplement semenciers, gestion participative, Comité de gestion, production de semences, viabilité

Version intégrale (Site Université)

Page publiée le 18 janvier 2017