Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1997 → Contribution à l’amélioration de la programmation des points d’eau villageois notamment les puits dans les provinces du Boulgou et du Kouritenga

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 1997

Contribution à l’amélioration de la programmation des points d’eau villageois notamment les puits dans les provinces du Boulgou et du Kouritenga

ADO Illa

Titre : Contribution à l’amélioration de la programmation des points d’eau villageois notamment les puits dans les provinces du Boulgou et du Kouritenga

Auteur : ADO Illa

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Eau 1997

Résumé
Cette étude se divise en cinq (5) parties : aperçu général sur les ressources en eau, caractéristiques des ouvrages existants, proposition de réhabilitation des puits, proposition d’un puits type pour la région du Boulgou et du Kouritenga et enfin une approche méthodologique de programmation et gestion des ouvrages hydrauliques.
L’aperçu général sur les ressources en eau fait sur la base des documents existants et des entretiens avec les services techniques à pour but de vérifier la disponibilité en eau de surface et souterraine ainsi que leur utilisation. Ainsi il ressort que l’eau de surface présente au niveau des mares et de quelques barrages est essentiellement destinée à l’agriculture et l’élevage et quelques usages domestiques. Quant à l’eau souterraine exploitée à partir des puits et forages, elle est destinée à la consommation humaine et animale. Le besoin annuel en eau potable des 742 730 habitants de la zone peut être couvert par moins de 1 % des ressources renouvelables annuelles.
Les caractéristiques des ouvrages existants obtenues à partir des visites des ouvrages, des mesures effectuées et certaines fiches de réalisation vise à vérifier l’état des ouvrages existants (puits et forages), à faire un diagnostic des problèmes auxquels sont confrontés les ouvrages hydrauliques pour aboutir à une proposition de réhabilitation. Le constat est le suivant : tous les puits traditionnels nécessitent une réhabilitation, 66 % des puits modernes sont détériorés et 33 % des pompes manuelles sont en panne.
La proposition de réhabilitation est l’aboutissement de l’investigation sur les caractéristiques des ouvrages existants. Cette réhabilitation concerne essentiellement les puits modernes et traditionnels. Ainsi il est plus que nécessaire de penser à la réhabilitation de tous les ouvrages détériorés surtout les puits traditionnels dont le coût est inférieur à 300 000 frs par puits et les travaux seront essentiellement réalisés par la population. Pour les puits modernes le coût est d’environ 1 000 000 frs par puits à cause de quelques interventions des entreprises pour les travaux d’approfondissement.
Après le constat des visites et études antérieures, nous avons procéder à la proposition d’un puits type moderne pour la région. La profondeur de ce puits doit être d’environ 20 mètres, et sera bicolonne avec une colonne de cuvelage sur 11 mètres pour un diamètre de 1,80 m et une colonne de captage sur 9 mètres pour un diamètre de 1,40 mètres. Le coût de réalisation de ce type de puits est d’environ 5 000 000 frs par ouvrage.
A l’issue des enquêtes réalisées il ressort que la population pourtant propriétaire des ouvrages a été très mal associée à la gestion des ouvrages, désormais toute autre réalisation d’un ouvrage moderne doit impliquer la communauté villageoise depuis l’implantation, la conception jusqu’à l’entretien de l’ouvrage.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 17 mars 2017