Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2012 → Contribution à la mise en place d’une station de traitement des matières de vidange par lits de séchage plantés de Echinochloapyramidalis à Ouagadougou

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2012

Contribution à la mise en place d’une station de traitement des matières de vidange par lits de séchage plantés de Echinochloapyramidalis à Ouagadougou

Barro Rachidatou

Titre : Contribution à la mise en place d’une station de traitement des matières de vidange par lits de séchage plantés de Echinochloapyramidalis à Ouagadougou

Auteur : Barro Rachidatou

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Eau 2012

Résumé

 : D’après le Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH, 2006) la ville de Ouagadougou compte environ 1,5millions d’habitants avec un taux d’accroissement de 7,6%. Avec ce taux d’accroissement et une volonté du gouvernement à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), on devra assister à une augmentation des ouvrages d’assainissement autonome qui est le plus utilisé pour l’assainissement des eaux usées et excréta en milieu urbain. L’inexistence de système de traitement, mis en place par les autorités municipales et les autres acteurs, entraine le dépôt anarchique des sous-produits issus de ce mode d’assainissement dans les périphéries de la ville. Ce qui cause d’énormes problèmes de santé publique et de dégradation de l’environnement.

La nécessité de réfléchir sur des techniques de traitements adaptés au contexte de Ouagadougou tant au niveau économique que social se pose. C’est dans ce sens que cette étude a été menée afin de proposer une filière de traitement des matières de vidange. Il ressort de notre étude que la mise en place d’une station de traitement par lit de séchage planté serait la bienvenue pour répondre à ce besoin.

Force est de reconnaitre qu’en Afrique cette technologie n’a été utilisée qu’à des fins expérimentales mais a donné de bons rendements épuratoires à petite échelle au Cameroun et en grandeur réelle au Sénégal. Cela nous a permis d’estimer les performances épuratoires de cette technique à Ouagadougou après avoir réalisé une campagne de caractérisation qui a conduit au choix des installations à mettre en place.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 20 septembre 2016