Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Sénégal → Paramétrage, calage et test de validité d’un modèle de croissance et de production du Sorgho (Sorghum bicolor (L. moench).

Université Cheikh Anta Diop (UCAD) 2005

Paramétrage, calage et test de validité d’un modèle de croissance et de production du Sorgho (Sorghum bicolor (L. moench).

AGOSSOU, Affo Bindé

Titre : Paramétrage, calage et test de validité d’un modèle de croissance et de production du Sorgho (Sorghum bicolor (L. moench).

Auteur : AGOSSOU, Affo Bindé

Université de soutenance : Université Cheikh Anta Diop (UCAD)

Grade : Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) 2005

Présentation

La sécurité alimentaire reste un problème d’actualité qui mobilise une part importante de la communauté internationale. Le système mondial d’information et d’alerte rapide instauré par la FAO est fondé sur les systèmes nationaux d’alerte rapide. Il a pour l’objectif d’avertir précocement et d’éviter les crises alimentaires, par une circulation d’un flux d’informations à travers les décideurs et les acteurs des échanges de denrées alimentaires. Dans le cas du Sénégal, les méthodes classiques d’enquête sont lourdes et coûteuses avec des résultats relativement tardifs. Cette situation motive la recherche de méthodes de prévision des récoltes plus performantes et rapides. Des modèles de développement des cultures couplés à un système d’information géographique constituent des outils pertinents capables de répondre à cette attente.
Ce travail de recherche sur la base des essais menés en station à Bambey a consisté à calculer dans le cas du sorgho les paramètres d’entrées d’un modèle bilan carboné couplé au bilan hydrique sous moteur phénologique. En tenant compte des particularités variétales, les simulations réalisées avec le modèle SARRAH ont conduit à des sorties performantes montrant ainsi une certaine robustesse du modèle. En vérification, l’ajustement avec les valeurs observées est satisfaisant pour les paramètres testés à la RMSE (LAI, la FTSW, biomasses aériennes, rendements)  ; mais moins bon pour les biomasses foliaires. Le rendement étant la finalité de la prévision, le modèle permet une estimation avec un seuil global de variabilité de 10 % pour les milieux contrôlés. La validation du modèle sur l’année 1999 a donné un très bon ajustement pour le Lai et des ajustements acceptables pour les biomasses aériennes. La prédiction en milieu paysan étant la finalité , les contraintes majeures modélisables ont été pris en compte pour simuler les rendements paysans atteignables . La confrontation de ces résultats avec les données d’enquêtes recueillies au près des paysans a permis de trouver une fonction de passage intégrative des autres contraintes spécifiques au mi lieu paysan pour estimer la productivité réelle du sorgho dans les zones concernées . Rendement paysan kg ha-1= 0,0074 (Rendement simulé kg ha-1) 1,5389, avec un coefficient de détermination R 2 de 0,93. Pour un meilleur ajustement selon les localités, cette analyse devrait se faire pour chaque unité agroécologique du pays. Toutefois, un travail de calage reste nécessaire pour mieux ajuster la biomasse foliaire pour la vérification et la validation. Il est également important de poursuivre la construction du modèle sorgho par l’analyse de sensibilité pour évaluer sa capacité prédictive.

Mots clés : sécurité alimentaire, modèle, bilan carbone, bilan hydrique, prévisions agricoles, rendements.

Lien vers la version intégrale de la thèse (Bibliothèque numérique UCAD)

Page publiée le 20 octobre 2016