Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2012 → Fonctionnement hydrique des sols du bassin versant de Tougou (nord du Burkina Faso)

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2012

Fonctionnement hydrique des sols du bassin versant de Tougou (nord du Burkina Faso)

Sawadogo Wendyida Habibata Yasmina

Titre : Fonctionnement hydrique des sols du bassin versant de Tougou (nord du Burkina Faso)

Auteur : Sawadogo Wendyida Habibata Yasmina

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Eau 2012

Résumé

Cette étude a été menée dans le bassin de Tougou situé au nord du Burkina Faso dans sa partie sahélienne. Cette région connaît depuis quelques années une dégradation continue de ses ressources naturelles notamment les sols sous l’effet de la variabilité climatique et de l’action de l’homme.

Pour mener à bien cette étude, des mesures de terrain ont été effectuées sur le bassin versant (pluie, ruissellement, conductivité hydraulique à saturation, fonction de conductivité hydraulique, charge de pression, teneur en eau, etc ...). C’est dans ce contexte qu’un dispositif expérimental constitué de six parcelles de mesure de 1 m² de surface chacun a été installé dans deux zones différentes du bassin versant (trois parcelles en zone cultivée et 3 parcelles en zone dégradée).

Les résultats montrent deux ensembles différents. D’une part, un ensemble englobant les parcelles PZN1 et PZN2 installées respectivement sur croûte d’érosion et sur croûte gravillonnaire, caractérisées par une faible capacité d’infiltration favorisant le ruissellement. Le stock d’eau emmagasiné lors des événements pluvieux est faible et reste localisé dans les 30 premiers centimètres du sol, ce qui favorise sa reprise très rapide par évaporation dans les jours qui suivent l’événement pluvieux. D’autre part, les parcelles placées en zone cultivée (PZC1, PZC2 et PZC3) et sur croûte de dessiccation (PZN3), sont caractérisées par une bonne conductivité hydraulique et une vitesse d’infiltration élevée. La quantité infiltrée est importante et on remarque un drainage au-delà de la profondeur de 70 cm lors d’événements pluvieux importants. Au niveau de ces parcelles, l’évapotranspiration moyenne journalière est de l’ordre de 3 à 4 mm/j en année déficitaire (2005) et varie de 6 à 7 mm/j en année humide (2006).

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 29 octobre 2016