Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1995 → Etude sur la mise en valeur de périmètres aménagés pour la culture du riz. Cas de deux villages du Bam : Kokoundi et Sancé

Université de Ouagadougou (1995)

Etude sur la mise en valeur de périmètres aménagés pour la culture du riz. Cas de deux villages du Bam : Kokoundi et Sancé

Kabore, Bertin

Titre : Etude sur la mise en valeur de périmètres aménagés pour la culture du riz. Cas de deux villages du Bam : Kokoundi et Sancé

Auteur : Kabore, Bertin

Université de soutenance : Université de Ouagadougou

Grade : Ingénieur du Développement Rural 1995

Résumé
Les périmètres dans les bas-fonds de Sancé et de Kokoundi, aménagements réalisés en 1990 et 1991, sont des ouvrages de conception simple. Ils sont constitués d’une digue déversante et d’un déversoir muni de deux vannes pour retenir l’eau de pluie sur les surfaces rizicoles.
L’exploitation de ces périmètres rencontre des difficultés de tout ordre, dont la plus grave est engendrée par la coexistence difficile entre les deux ethnies de Kokoundi (Mossi et Peulh). Ce conflit social est ancestral et empêche le bon fonctionnement de la structure paysanne mise en place pour l’exploitation du périmètre. L’homogénéité ethnique à Sancé les exempte de ce problème.
Cette stabilité sociale différente selon les villages se traduit par une conduite de la riziculture plus ou moins efficiente, qui conditionne à son tour la productivité des périmètres. En effet, le village de Sancé a enregistré durant cette campagne, une bonne production sur ses parcelles, s’élevant à 4,03 Tlha en moyenne alors qu’elle a plafonnée à 1,53 T/ha à Kokoundi. La productivité élevée du périmètre de Sancé confère à ses exploitants un revenu brut théorique de ses récoltes très incitatif, dont les surplus de production ne sont que très partiellement vendus sur des marchés locaux encore très embryonnaires A Kokoundi, le riz reste une céréale uniquement d’autoconsommation à cause de la faiblesse des récoltes.

Version intégrale

Page publiée le 18 décembre 2016