Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2009 → Evaluation de l’écologique des écosystèmes savanicoles et forestiers du terroir de Koro à partir des insectes bio-indicateurs de la famille des Nymphalidae et des Cetoninidae

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2009

Evaluation de l’écologique des écosystèmes savanicoles et forestiers du terroir de Koro à partir des insectes bio-indicateurs de la famille des Nymphalidae et des Cetoninidae

Akoudjin,Massouroudini

Titre : Evaluation de l’écologique des écosystèmes savanicoles et forestiers du terroir de Koro à partir des insectes bio-indicateurs de la famille des Nymphalidae et des Cetoninidae

Auteur : Akoudjin, Massouroudini

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) 2009

Résumé
Le défrichement et la déforestation des formations forestières soudano-guinéennes entre les années 1950 et 1990 ont profondément modifié le paysage agraire de certaines régions du Burkina Faso. Les sites forestiers et savanicoie sont partout menacés et souvent très dégradés entraînant ainsi leur confinement sur des sols non cultivables sous forme d’îlots forestiers ou de formations reliques. Parmi les formations reliques, figurent les forêts reliques qu’on trouve au niveau de la falaise gréseuse de Banfora. On note une grande diversité floristique dans ces formations au niveau de la falaise. La forêt de Dafra aux pieds de la falaise à Koro en est une illustration. Pour évaluer l’état écologique des savanes et des forêts de Koro, une étude comparative a été faite avec des sites témoins comme le parc du W pour la comparaison de l’écologie des savanes. Pour la comparaison de l’écologie forestière la forêt du Kou et ce !le de Toussiana qui appartient à la même structure de falaise ont été retenues.
Quatre espèces de bio-indicateurs sont retenues pour la comparaison des savanes de Koro et du W. Il s’agit de Charaxes epijasius, Charaxes viola, Pachnoda cordata et Pachnoda marginata. II ressort que la densité des espèces favorisées par la dégradation intermédiaire est plus élevée dans la zone pastorale de Koro que dans le W, ce sont C. viola, P. cordata et P. marginata. Par contre la densité de C. epijasius est plus élevée dans le W que dans la zone pastorale de Koro.Ce résultat montre que la zone pastorale de Koro est plus dégradée que le W, mais c’est une dégradation intermédiaire par rapport à la zone de culture qui est plus dégradée.
La comparaison floristique montre qu’à Dafra 60 espèces sont recensées, alors que 44 espèces sont recensées à Toussiana. Les deux forêts ont en commun 22 espèces. Ainsi, la distance de hamming D = 60 montre que la différence floristique est forte entre les deux forêts. L’étude des insectes bio-indicateurs de la famille des Nymphalidae et des Cetoniidae a permis de mieux apprécier l’état écologique de la forêt de Dafra. La comparaison sur plan entomofaune entre Dafra et les sites témoins comme Toussiana montre d’une part que Dafra est pauvre en bio-indicateurs et d’autre part elle a une faible densité des insectes bio-indicateurs. En effet, Chlorocala africana et Bicyclus pavonis sont respectivement des espèces forestières de cetoniidae et de Nymphalidae qui sont capturés à Dafra. La DAP de Chlorocala africana est plus élevée à Toussiana qu’à Dafra. Ainsi, la comparaison des DAP de Chlorocala africana des deux sites montre une différence significative avec P < 0,05. La DAP de Bicyclus pavonis de Dafra est supérieure à celle de Toussiana, néanmoins la comparaison des DAP ne montre pas de différence significative avec P > 0,05. L’étude des bio indicateurs a montré que Dafra est plus perturbé, malgré la présence d’espèces floristiques exclusives comme Albizia dinklagei, Acridocarpus chevalieri et Memecylonfascicular

Mots clés : Bio-indicateurs, Nymphalidae, Cetoniidae, dégradation, anthropisation.

Version intégrale

Page publiée le 23 septembre 2016, mise à jour le 21 février 2020