Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → Evaluation de la mycoflore des semences de sorgho et de Poaceae sauvages : Analyse de la variabilité des isolats de Phoma sorghina et recherche de méthodes de lutte alternatives

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2013

Evaluation de la mycoflore des semences de sorgho et de Poaceae sauvages : Analyse de la variabilité des isolats de Phoma sorghina et recherche de méthodes de lutte alternatives

Bonzi, Schemaeza

Titre : Evaluation de la mycoflore des semences de sorgho et de Poaceae sauvages : Analyse de la variabilité des isolats de Phoma sorghina et recherche de méthodes de lutte alternatives

Auteur : Bonzi, Schemaeza

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Docteur en Développement Rural 2013

Résumé
Le sorgho, principale céréale cultivée au Burkina Faso, fait l’objet de diverses attaques parasitaires. De nombreux bio-agresseurs affectent les grains et déprécient ainsi la qualité et la productivité du sorgho. Dans le souci de contribuer à l’amélioration de la productivité du sorgho au Burkina Faso, nous avons entrepris (1) d’évaluer la mycoflore des semences, (2) d’analyser la variabilité des isolats de Phoma sorghina (Sacc.) Dorenbosh et Van Kesteren et (3) de rechercher des méthodes de lutte efficientes basées sur l’utilisation de pesticides naturels. Ainsi, l’évaluation de la mycoflore de cent vingt cinq (125) échantillons de semences de différentes variétés de sorgho et de dix (10) échantillons de grains de Poaceae sauvages a été faite en utilisant la technique du papier buvard humidifé recommandée par ISTA (International Seed Testing Association). Cette analyse montre que tous les échantillons de sorgho sont infectés par P. sorghina à des taux pouvant atteindre 99,5%. Cette espèce de champignon est aussi identifiée dans tous les échantillons de semences de Poaceae sauvages collectées dans les parcelles de culture du sorgho (taux d’infection 68%).
L’étude de la variabilité culturale et morphologique des isolats de P. sorghina a été réalisée in vitro sur milieu de culture malt agar. Cent un (101) isolats de P. sorghina ont été testés. Les résultats montrent des variations importantes entre les isolats pour la croissance mycélienne et l’aspect des colonies mycéliennes. La variabilité phénotypique des isolats de P. sorghina issus d’un même échantillon de sorgho a été appréciée avec 10 isolats provenant de chacun des 19 échantillons de sorgho retenus en fonction des zones agro-écologiques où ils ont été collectés. Il ressort de l’analyse factorielle discriminante que tous les 190 isolats sont repartis dans trois classes et que les isolats issus d’un même échantillon appartiennent à la même classe à l’exception des isolats des échantillons 438So07, 1287So07, 1355So07 et 1493So10. Les effets de la température (22, 28, 32, 36 et 40°C) et du pH (5, 6 et 6,5) sur la croissance mycélienne des isolats de P. sorghina ont été également évalués in vitro. Il ressort de cette étude que la température à 36°C a un effet fongistatique tandis que la température à 40°C a un effet fongicide.
L’étude du pouvoir pathogène des isolats de P. sorghina par inoculation des grains à l’aide de suspensions conidiennes indique que les isolats 474So07-40, 1Dh08-01(3) et l’isolat de référence 181.80 provoquent respectivement 30, 20 et 15% de mortalité en pré émergence comparativement au témoin eau. Les isolats 1Dh08-01(3) et 474 So07-40, en plus de leurs effets sur la mortalité en pré émergence, réduisent la taille et le poids de la plante. Cette étude révèle également que l’infection par P. sorghina inhibe la ramification et/ou l’allongement de la racine.
La recherche de méthodes de lutte alternatives a consisté à l’utilisation des extraits aqueux de plantes en traitement de semences de sorgho. Pour ce faire, nous avons procédé au trempage des semences de sorgho dans l’extrait aqueux de citronnelle à 30%. A l’issue de 48 h de traitement les grains sont disséqués et les différentes parties incubées. L’extrait aqueux de C. citratus a permis de réduire le taux d’infection par P. sorghina sur les différentes parties du grain de sorgho. En effet au niveau des échantillons de semences infectées à 50% par P. sorghina, l’extrait aqueux de citronnelle réduit le taux d’infection de 4% au niveau des téguments, 4% au niveau de l’albumen et 2% au niveau de l’embryon comparativement au témoin fongicide. L’efficacité de l’extrait aqueux de citronnelle a été évaluée en conditions naturelles au champ au cours des saisons humides 2008, 2009 et 2010. L’extrait de citronnelle a permis de réduire le taux d’infection par P. sorghina (des grains obtenus à partir de plantes issues de grains traités) de 30% en 2008, 27% en 2009 et 25% en 2010 comparativement au temoin fongicide Caltio C.
Les résultats de nos travaux montrent bien que les semences de sorgho sont fréquemment infectées par P. sorghina dont les populations sont très variables sur le plan morphologique et pathogénique. Nous avons également montré que l’extrait aqueux de citronnelle possède des propriétés antifongiques, ce qui ouvre de nouvelles perspectives de lutte contre les champignons et en particulier contre P. sorghina. Mots

Mots clés : Champignon, Phoma sorghina variabilité morphologique, pouvoir pathogène, extraits aqueux, Burkina Faso

Version intégrale

Page publiée le 4 novembre 2016, mise à jour le 3 juillet 2017