Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1997 → Situation qualitative de la nappe phréatique à Ouagadougou

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 1997

Situation qualitative de la nappe phréatique à Ouagadougou

NANA Mahamadi

Titre : Situation qualitative de la nappe phréatique à Ouagadougou

Auteur : NANA Mahamadi

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Eau 1997

Résumé

La ville de Ouagadougou a connu une expansion spatiale et démographique depuis les années 1970, à la faveur de l’exode rural. La superficie du territoire urbain a atteint 20 000 ha, avec une densité moyenne de 35 habitants par hectare. Ce développement urbain n’a pas été suivi : - d’une part, par la mise en place de mécanismes d’assainissement adéquats tant collectif qu’individuel ; - d’autre part, par l’approvisionnement décent de la ville en eau potable ; les besoins ont très vite dépassé les ressources disponibles. D’où le recours à l’exploitation de la nappe souterraine à travers de vastes programmes d’exécution de forages et de puits busés, en plus des puits traditionnels déjà existants.

Le niveau insatisfaisant de l’assainissement, le manque d’hygiène peuvent contribuer à la pollution de la nappe et surtout occasionner la prolifération des maladies hydriques. Aussi, un suivi de la situation qualitative de cette ressource vitale est nécessaire, d’autant plus que la pollution des eaux souterraines est plus insidieuse que celle des eaux de surface, plus difficile à détecter et qu’elle dure plus longtemps en raison des faibles vitesses de percolation. Les résultats de nos analyses, ne constituent qu’une photographie de la situation de la nappe phréatique, observée entre Avril et Mai 1997.

Les caractéristiques physico-chimiques de la nappe profonde sont semblables à celles de la nappe superficielle : - Les eaux sont légèrement acides, de faible conductivité, et d’une température moyenne de 32°C environ. La teneur en oxygène dissous est suffisante pour maintenir certaines qualités, telles que, le goût agréable, le degré d’asepsie, les réactions d’oxydo-réductions et l’activité de la flore microbienne. Les concentrations en composés azotés tels que les nitrites et l’ammoniac sont acceptables pour tous les puits et forages ; par contre la teneur en azote organique est relativement importante. Les concentrations en nitrates des eaux de certains forages du centre commercial bâti sur des alluvions d’anciennes rivières avec des sites de dépôts d’ordures, dépassent les normes internationales.

Plus de la moitié des forages ne donnent aucun signe de contamination bactériologique. Il est nécessaire de suivre l’état sanitaire des utilisateurs des points d’eau présentant une pollution microbienne et aussi d’envisager la désinfection des forages par des sachets d’hypochlorite à effet retard. Cette recherche pour être exhaustive, devrait se dérouler sur un cycle annuel complet et aussi s’organiser autour de plusieurs campagnes de prélèvement sur les mêmes ouvrages. Néanmoins, elle a permis d’appréhender de façon ponctuelle, la situation de la nappe souterraine en cette fin de saison sèche.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 25 novembre 2016