Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1998 → Situation qualitative de la nappe à Bobo-Dioulasso

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 1998

Situation qualitative de la nappe à Bobo-Dioulasso

BILA Victor

Titre : Situation qualitative de la nappe à Bobo-Dioulasso

Auteur : BILA Victor

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Eau 1998

Résumé
L’eau pour qu’elle soit potable, doit être exempte de toute substance, susceptible de nuire à la santé de l’homme. La reconnaissance d’une nappe, à partir d’un forage ou d’un puits crée un regard sur l’aquifère et peut occasionner sa contamination. De même un pompage crée une dépression et augmente les vitesses de circulation d’eau dans l’aquifère. Du fait de ces perturbations, les conditions d’équilibre sont rompues, l’eau souterraine peut être polluée au cours de son écoulement vers le point de captage. Il y a donc lieu de s’assurer que l’eau souterraine captée n’est pas souillée, ensuite de la préserver qualitativement et quantitativement par des mesures importantes et spécifiques.
Une eau souterraine est considérée comme polluée lorsqu’elle se trouve dans des conditions particulières telles que : - elle contient des substances indésirables, - Les concentrations des éléments chimiques ou des germes microbiologiques ne respectent pas les normes exigées pour les eaux destinées à la consommation. - Elle renferme des organismes pathogènes. L’eau souterraine peut donc être polluée diversement (pollution chimique et microbiologique).
La ville de Bobo-Dioulasso a connu ces dernières années une très forte augmentation de sa population, due à un niveau moyen de développement industriel ; par l’implantation de certaines activités économiques dans la ville. Ceci à encourager des mouvements massifs des populations vers la ville. Ainsi les nombreuses activités de l’homme liées à son existence créent des problèmes sanitaires sur lui-même et son environnement. Bobo-Dioulasso est exposé à plusieurs foyers de pollution d’origine diverses(chimique et domestique). Il n’existe pas de système d’assainissement adéquat. La plupart des industries implantées dans la ville ne possèdent pas des systèmes d’assainissement des eaux usées efficaces et parfois même inexistants. Les eaux usées sont déversées dans les caniveaux des eaux pluviales. Les terrains traversés par ces eaux ont une perméabilité élevée. Les risques de contaminations de la nappe sont très certaines. Bobo-Dioulasso est la zone la plus arrosée dans la région sud-ouest du Burkina. Cette zone présente plusieurs sources naturelles. L’Office Nationale des eaux et de l’Assainissement exploite le débit naturel des sources de Nasso situées à 15 Km de la ville sans pompage de l’aquifère pour l’approvisionnement en eau de la ville. Outre le réseau de l’O.N.E.A qui alimente la ville de Bobo en eau potable, une bonne partie de la population est alimentée à partir de nombreux puits et forages implantés dans la ville.

Le Projet d’inventaire des ressources en eau (RESO) a inventorié 8000 puits et une vingtaine de forages exploités par les particuliers et les collectivités. L’étude de la nappe souterraine que nous avons réalisé, nous fait observer que : La nappe superficielle exploitée par des puits présente une forte contamination. Par contre la nappe profonde beaucoup productive présente encore une qualité assez satisfaisante. Ainsi d’autres analyses sont nécessaires pour confirmer nos résultats.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 5 décembre 2016, mise à jour le 23 mars 2017