Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1999 → Variabilité de l’évapotranspiration potentielle en Afrique de l’Ouest

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 1999

Variabilité de l’évapotranspiration potentielle en Afrique de l’Ouest

ABOU Abass

Titre : Variabilité de l’évapotranspiration potentielle en Afrique de l’Ouest

Auteur : ABOU Abass

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Eau 1999

Résumé
A l’heure actuelle, que les ressources en eau sont très réduites, il en est fait utilisation intensive dans les pays industrialisés, comme dans les pays en voie de développement. Pour ces derniers, en particulier pour ceux de l’Afrique de l’Ouest, la connaissance et la maîtrise de cette ressource sont aujourd’hui des éléments fondamentaux de leur développement.
L’évapotranspiration potentielle est un terme important du cycle de l’eau. Elle est essentielle dans beaucoup d’applications en Agronomie, en Hydrologie ou pour la modélisation climatique. Différentes méthodes et mesures permettent de l’estimer, mais bon nombre reste applicable à des zones climatiques biens précises. Cette étude, proposée par l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) se propose d’étudier la variabilité spatio-temporelle de ce paramètre.
L’étude porte sur l’Afrique de l’Ouest. Par manque de données, elle est restreinte à ces trois pays : Burkina Faso, Mali et Côte d’Ivoire. Nous espérons tout de même avoir une bonne représentation régionale au vu de la diversité de zones climatiques existantes au niveau de ces pays.
Une étude bibliographique a été nécessaire pour connaître les méthodes de calcul utilisées dans le contexte Africain. Les méthodes de Penman et Turc donnent de meilleurs résultats pour la détermination de l’ETP. La méthode Penman a été retenue pour le calcul d’ETP décadaire de toutes les stations du Burkina Faso (1971-1990). Les difficultés d’approcher l’ETP par cette formule proviennent des coefficients à appliquer qui dépendent de la surface évaporante et du microclimat. Il conviendrait mieux de les régionaliser avant toute étude à grande échelle de l’ETP. Une analyse de l’évolution spatio-temporelle viendra étayer cette étude dans le but de d’étudier la variation de la variable dans le temps et sa répartition dans l’espace

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 7 mars 2017