Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2009 → Validation of reference Evapotranspiration derived from automated weather station in semi-arid region under global climate change conditions

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2009

Validation of reference Evapotranspiration derived from automated weather station in semi-arid region under global climate change conditions

BOKO Gildas Houénagnon

Titre : Validation of reference Evapotranspiration derived from automated weather station in semi-arid region under global climate change conditions

Auteur : BOKO Gildas Houénagnon

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Eau 2009

Résumé

La présente étude consiste à l’analyse de la qualité des données climatiques, de procéder au traitement des données et de tester la performance d’un ensemble de stations climatiques automatiques par l’analyse comparative des paramètres mesurés en vue de déterminer le paramètre qui influe le plus sur l’évapotranspiration sous les conditions climatiques des zones semi-arides. Cette opération nécessite les mesures atmosphériques provenant de deux sources à savoir des stations synoptiques et des stations automatiques. Connaissant l’importance de l’évapotranspiration dans le bilan hydrique, l’étude vise la validation de l’evapotranspiration par l’utilisation des données des stations climatiques modernes. Tous les équipements sont installés sur les sites observations (régions semi-arides au Burkina Faso) pour mieux explorer la variabilité du climat dans la partie septentrionale du bassin de la Volta. Le but est la caractérisation de ETr régionale et de fournir des informations critiques sur l’évolution de chaque paramètres par une comparaison avec ceux de la base de données de la FAO (Climwat). Cette étude révèle le bon fonctionnement des stations en période de vent fort (Harmattan : Période de Décembre au Février) et un décalage de ET pouvant aller à deux millimètres (2 mm/jour) en dessous de la valeur de référence de la FAO. Alors la vitesse du vent se présente comme le plus influent des paramètres d’entrée causant la différence de l’évapotranspiration contrairement aux autres n’engendrant aucune erreur considérable. C’est ainsi qu’a été conclu cette contribution, donc une validation partielle de ET en attendant d’autres études complémentaires

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 23 septembre 2016