Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Sénégal → Stratégies migratoires et développement territorial chez les femmes migrantes de la communauté rurale de Ndiaganiao installées à Dakar

Université Cheikh Anta Diop (UCAD) 2011

Stratégies migratoires et développement territorial chez les femmes migrantes de la communauté rurale de Ndiaganiao installées à Dakar

SENE, Ndeye Mossane

Titre : Stratégies migratoires et développement territorial chez les femmes migrantes de la communauté rurale de Ndiaganiao installées à Dakar

Auteur : SENE, Ndeye Mossane

Université de soutenance : Université Cheikh Anta Diop (UCAD)

Grade : Maîtrise Géographie 2011

Présentation
La migration des femmes sérères vers les villes est un phénomène de longue date .Les conditions de plus en plus atroces dans les campagnes sénégalaises, le désir de trouver un travail rémunérateur en ville pour satisfaire les besoins de plus en plus nombreux sont autant de raisons qui ont contribué à l’émergence de la migration féminine. Ces dernières années, les femmes de Ndiaganiao sont victimes d’une injustice sociale et d’une idéologie villageoise. Elles s’occupent de l’entretien, de la survie et de la nourriture des enfants. Mais aussi, elles sont frappées par les lourdes dépenses des cérémonies de mariage. Pour subvenir à tous ces besoins, l’exode rural demeure la seule stratégie pour y arriver. En ville, les modalités d’insertion différent selon le type de métier choisi par la migrante. Les résultats obtenus au cours de notre étude sur le terrain nous montrent une certaine division du travail selon l’âge et la situation matrimoniale. Les femmes célibataires et mariées sans enfants, plus nombreuses, s’intéressent au métier de domestiques qu’elles jugent opportun. Elles ne rentrent que pendant les cérémonies de mariages ou quand il y a un décès. Les petites commerçantes, en nombre très restreint, rencontrées à Dakar, sont des divorcées et des veuves âgées d’une trentaine d’années. Ces migrantes vivent dans de vieilles maisons ou des maisons en construction. Elles font des va et des vient entre le lieu de résidence et le lieu de travail. Enfin, les femmes mariées s’exercent dans la lingerie, un métier qui fait leurs affaires .il leur accorde plus de liberté dans la mesure où elles descendent quand elles veulent. Cette liberté leur permet de pouvoir respecter les visites au village, de participer aux événements heureuses et douloureuses et surtout aux travaux champêtres. Les revenus tirés de cette migration retournent au village par le biais des meubles fabriqués par les artisans de la place ou de l’achat de ravitaillement dans les petites boutiques de la localité. ils jouent un rôle important dans le développement de leur terroir grâce à cette solidarité entre les acteurs d’une même localité pour ne pas nommer les femmes migrantes et les artisans.

Mots clés : Migration, Stratégies, Développement, Territoire

Version intégrale (Bibliothèque numérique UCAD)

Page publiée le 29 septembre 2016, mise à jour le 20 mai 2020