Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Sénégal → Traitement des boues de vidange sur lits de séchage plantes : Suivi de l’effet de la charge sur le développement et les performances épuratoires d’une plante fourragère (Echinochnoa colona)

Université Cheikh Anta Diop (UCAD) 2014

Traitement des boues de vidange sur lits de séchage plantes : Suivi de l’effet de la charge sur le développement et les performances épuratoires d’une plante fourragère (Echinochnoa colona)

DIOCOU, Magna

Titre : Traitement des boues de vidange sur lits de séchage plantes : Suivi de l’effet de la charge sur le développement et les performances épuratoires d’une plante fourragère (Echinochnoa colona)

Auteur : DIOCOU, Magna

Université de soutenance : Université Cheikh Anta Diop (UCAD)

Grade : Master 2014

Présentation
Notre étude s’insère dans le cadre global de la recherche de solutions adaptées au contexte des pays en développement pour le traitement des boues de vidange qui continu d’être un enjeu dans la problématique de l’assainissement. Elle se propose d’évaluer la performance d’une plante fourragère semi-aquatique (Échinochloacolona) dans le processus de traitement sur les lits de séchage plantés avec comme objectif la détermination de l’effet de la charge polluante sur le développement et la performance épuratoire des plantes.

Cette étude s’est déroulée sur neuf (09) lits expérimentaux. Chaque lit est un baril de 200 L de 90 cm de haut et 25 cm de rayon. L’étude a duré onze (11) semaines dont sept (07) semaines d’acclimatation des plantes, une (01) semaine de montée en charge et trois (03) semaines de fonctionnement à charge nominale de 100, 200 et 300 kg MS/m²*an avec trois répétitions pour chaque charge précitée. Le développement des plantes, les performances épuratoires et la qualité hygiénique des plantes et des boues accumulées à la surface du lit ont été suivies. Le développement des plantes a été évalué à travers les mesures de la taille, de la densité et de la biomasse végétale. Les performances épuratoires ont été suivies à partir de la concentration des flux entrant et sortant en MS, MVS, MES, DCO, DBO, NTK, NO3-

La concentration en parasites a été mesurée dans les boues accumulées sur les lits, le percolat et les plantes. Les résultats ont montré qu’Échinochloa colona ne supportent pas les différentes charges appliquées. La densité des plantes était de 107, 153 et 75 pieds/m² dans les lits soumis respectivement aux charges de 100, 200 et 300 kg MS/m²*an au terme de l’étude. Le cycle végétatif de la plante semble aussi être un autre facteur limitant pour l’utilisation de ce végétal sur les lits de séchage pour le traitement des boues de vidange avec les baisses de densités enregistrées à la fin de l’expérience coïncidant avec la fin de la période de l’inflorescence. La biomasse végétale mesurée était de 132 à 586 g/m² (biomasse végétale aérienne) et 38 à 108 g/m² (biomasse végétale racinaire). Globalement les performances épuratoires étaient assez élevées. Toutefois, les percolats recueillis ne répondent pas aux normes de rejet édictées par la législation sénégalaise (voir Tableau 4). L’élimination des œufs et larves d’helminthes était de 100% dans les percolats. Au niveau des plantes les concentrations en parasites sont encore élevées de l’ordre 1 à 20 œufs d’Ascaris/10 g de biomasse végétale et 3 à 13 larves de Strongyloides/10 g de biomasse végétale.

Mots clés : Boues de vidange, Échinochloa colona, lits de séchage plantés,performance épuratoire, qualité hygiénique.

Version intégrale (Bibliothèque numérique UCAD)

Page publiée le 17 octobre 2016, mise à jour le 18 mai 2020