Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2001 → Diagnostic environnemental rapide d’une ville moyenne au Burkina Faso cas de la ville de Kaya

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2001

Diagnostic environnemental rapide d’une ville moyenne au Burkina Faso cas de la ville de Kaya

BAGAYOKO Fafré

Titre : Diagnostic environnemental rapide d’une ville moyenne au Burkina Faso cas de la ville de Kaya

Auteur : BAGAYOKO Fafré

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Environnement 2001

Résumé

La présente étude effectuée sur la vile de Kaya au Burkina Faso avait pour objectif spécifique : • La mise au point d’une méthodologie de diagnostic environnemental rapide pour les villes de taille petite à moyenne d’Afrique de l’Ouest d’une population maximale de 100 000 habitants. • La détermination des éléments clés pour les termes de références d’une étude plus détaillées de l’environnement sur la base de la description préliminaire effectuée.

L’étude a suivi les étapes de recherches documentaires, d’enquêtes pour l’affectation des notes aux différents thèmes du diagnostic. La méthode multicritère et l’AFC ont été utilisée pour l’évaluation environnementale. A l’issue ce diagnostic, il ressort que : * Les volets "Déchets solides", "Ressources naturelles" et "RTU" sont les domaines de l’environnement les plus affectés. En effet il n’existe aucun plan de gestion des déchets solides et des eaux usées. Le réseau de drainage des eaux pluviales n’est visible qu’au niveau du marché central et suivant les axes bitumés et est pratiquement hors service à cause de leur comblement par les ordures et la terre. Notons quand même le rôle joué par l’Association des Jeunes pour les Activités Diverses et de Développement (AJAAD) dans la gestion des déchets solides même si ceci reste modeste. Il en est de même des ressources naturelles notamment le manque d’espaces verts urbains. Cette situation semble être léguée au second plan et ne préoccupe guère les populations et les décideurs de la ville. Concernant les sols cultivés, des actions de restauration sont menées par le Plan d’Exécution de Développement Intégré (PEDI) et le Plan International Sanmatenga (PIS) en collaboration avec la Direction provinciale de l’agriculture. Ces actions semblent être efficaces d’après certains paysans interrogés. * Les volets "Transport routier ", "Habitat" et "Artisanat/oisir" pressentent des situations ou des problèmes assez isolés ou moins préoccupants pour le moment. Toutefois le volet "transport routier" pose des nuisances au niveau du marché central et dans les sous zones où passent les axes non bitumés. Il en est de même des tanneries traditionnelles (artisanats du cuir) qui constituent une source d’émission d’odeur et de production de déchets à ne pas négliger.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 30 octobre 2016