Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2011 → Etude de la contribution des paramètres climatiques aux productions céréalières au Burkina Faso

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2011

Etude de la contribution des paramètres climatiques aux productions céréalières au Burkina Faso

BEDA AGUIE GUY FERNAND

Titre : Etude de la contribution des paramètres climatiques aux productions céréalières au Burkina Faso.

Auteur : BEDA AGUIE GUY FERNAND

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Environnement 2011

Résumé
Pays situé dans la zone soudano - sahélienne de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso est continental avec un climat tropical sec. Les variations du comportement climatique agissent sur son économie qui repose en grande partie sur le secteur de l’agriculture qui contribue à 40 % au PIB de ce pays. Le changement climatique révèle au fil des années le degré de vulnérabilité du Burkina, un pays qui a subi ces dernières années, des sécheresses à répétition qui ont anéanti tous ses efforts de développement.
Les facteurs climatique les plus déterminants dans la rentabilité céréalière ont été étudiés sur tout le pays et des stratégies d’adaptation au changement climatique ont été proposées. L’outil utilisé pour cette étude est la méthode de corrélation de Pearson dans une analyse de composant principal (A C P) qui est un outil d’aide à la prise de décisions.
Dans cette étude Deux paramètres et neuf indicateurs ont été choisis sur la base de leurs pertinences. Les résultats des différentes analyses des corrélations ont révélé que d’une part, « L’impact de la température sur le rendement des céréales », avec une valeur supérieure à plus de 0.5 pourrait être le paramètre climatique le plus important sur lequel doivent être axé toutes les stratégies d’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques. D’autre part, ces résultats ont aussi révélé que l’adoption de nouvelles espèces de céréales plus résistante à la sécheresse constitue la meilleure option d’adaptation de l’agriculture au changement climatique dans le pays.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 15 décembre 2016