Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2005 → Influence des feux de brousse sur la dynamique de la végétation dans le parc W-Burkina

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2005

Influence des feux de brousse sur la dynamique de la végétation dans le parc W-Burkina

Dayamba, S. Djibril

Titre : Influence des feux de brousse sur la dynamique de la végétation dans le parc W-Burkina

Auteur : Dayamba, S. Djibril

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2005

Résumé
Dans le but de contribuer à la connaissance de la dynamique de la végétation sous l’influence des feux de brousse, la présente étude a été entreprise dans le Parc W-Burkina en zone soudanienne. Après avoir caractérisé le milieu d’étude, des synthèses ont été faites sur la législation burkinabè par rapport aux feux de brousse, les pratiques de feux dans le Parc W-Burkina, la perception et les pratiques de feux par les populations riveraines du Parc W-Burkina.
Une étude de la diversité spécifique par la méthode des points quadrats alignés au niveau de la strate herbacée a permis de recenser 101 espèces dominées par des phorbes. Un inventaire systématique au niveau de la strate ligneuse a révélé 71 espèces dominées par des Combretaceae et des Mimosaceae. La biomasse maximale de la strate herbacée a été estimée à 2,295 t MS/ha par la méthode de la récolte intégrale.
Une étude des caractéristiques des feux a révélé en moyenne une valeur de 4,9 m pour la hauteur des flammes, 93,25% comme proportion de superficie couverte par le feu. L’intensité du feu atteint 778,32 KJ/s/m. La vitesse et le sens du vent se sont révélés influencer significativement le comportement du feu.
A travers les suivis phénologiques, on note que plus de 25% des talles de repousses se dessèchent avant l’arrivée des premières pluies. Entre fin janvier et mi mars on enregistre une baisse de plus de 40% des quantités de repousses consécutives aux feux d’octobre et novembre. En moyenne plus de 95% des ligneux ont subi des dommages dus aux feux. La réaction de ces ligneux au feu est fonction de leur espèce et de leur classe de hauteur. Les ligneux des sites brûlés ont une grande contribution à la disponibilité fourragère de saison sèche. Des investigations au près des pisteurs révèlent cependant que les ligneux les , plus dominant dans le parc sont très peu ou pas appétés.

Mots clés : Burkina Faso ; Parc W ; Diversité spécifique ; Productivité ; Feux précoces ; Repousses ; Dommages ; Appétibilité

Version intégrale

Page publiée le 15 décembre 2016