Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2001 → Ruissellement et érosion des sols d’un petit bassin versant sahélien au Burkina Faso. Etude à l’aide d’un simulateur de pluie type ORSTOM

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2001

Ruissellement et érosion des sols d’un petit bassin versant sahélien au Burkina Faso. Etude à l’aide d’un simulateur de pluie type ORSTOM

KALIDOU Moustapha

Titre : Ruissellement et érosion des sols d’un petit bassin versant sahélien au Burkina Faso. Etude à l’aide d’un simulateur de pluie type ORSTOM

Auteur : KALIDOU Moustapha

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie Environnement 2001

Résumé

L’érosion hydrique liée à la pluie et au ruissellement est en partie responsable de la dégradation des terres sahéliennes. Les exportations des matières solides en suspension et par charriage de fond et la diminution de leur fertilité posent de véritables problèmes de gestion des ressources naturelles dans ce milieu. Il est donc indispensable d’étudier les mécanismes de genèses de ruissellement et les processus d’érosion hydrique en milieu sahélien afin de les préserver des phénomènes de dégradation. L’étude est menée sur la station expérimentale de Katchari de l’INERA située à 20 km au Sud ouest de Dori, province de Seno (Burkina Faso).
Une campagne de 40 averses simulées à l’aide d’un simulateur de pluie type ORSTOM a permis d’aborder, dans 10 parcelles de 1 m2, l’analyse expérimentale des facteurs du ruissellement, de l’infiltration et de l’érosion. Après avoir rappelé les objectifs et les intérêts de la simulation de pluie, et les conclusions sur des études antérieures sur le ruissellement et l’érosion, la présente étude tente d’étudier l’influence des états de surfaces sur l’infiltrabilité et l’érodibilité des sols au sahel. Les trois principaux états de surfaces étudiés sont : surface de dessiccation (DES), surface d’érosion (ERO) et surface grossière (G). Les surfaces DES sont perméables et enherbées. Elles se présentent sous forme de buttes sableuses discontinus et de faible extension. Quant aux surfaces ERO, elles sont peu perméables et plus ou moins planes. Ces surfaces sont reparties en croûtes d’érosion sur matériaux sableux (ERO_sb), sur matériaux limono-sableux (EROJs) et sur matériaux carbonates (ERO_ca). Les surfaces grossières sont couvertes d’un épandage de graviers ferrugineux.
L’influence des états de surface sur l’infiltrabilité et érodibilité des sols a été mise en évidence. La variabilité de comportement de ces états de surfaces a permis de dégager deux grandes tendances : L’érodibilité forte des sols sur les surfaces ERO et faible sur la surface G : accompagnée d’une infiltrabilité faible et peu variables, est fortement influencée par les facteurs intrinsèques. Ces facteurs sont d’ordre physico-chimique, topographiques et granulométrique. L’infiltrabilité élevée des surfaces DES est sensible à la présence de couvert végétal, l’importance des activités biologiques et de la topographique (pente et micro-relief). Sur ces surfaces l’infiltrabilité a une incidence sur l’humidité initiale.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 21 octobre 2016