Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1991 → Caractérisation de la capacité d’infiltration des sols de la parcelle expérimentale EIER

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 1991

Caractérisation de la capacité d’infiltration des sols de la parcelle expérimentale EIER

DIONE Ousmane

Titre : Caractérisation de la capacité d’infiltration des sols de la parcelle expérimentale EIER

Auteur : DIONE Ousmane

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie FI3 1991

Résumé

Les travaux de recherche menés sur le site Expérimental de l’EIER nécessitent une bonne connaissance des lois d’infiltration de l’eau dans ce sol. C’est dans ce contexte que s’inscrit cette présente étude qui a pour objectif principal la modélisation du phénomène d’infiltration sur cette parcelle avant aménagement. Pour atteindre cet objectif l’inventaire des différents modèles décrivant le phénomène d’infiltration a été fait afin de sélectionner celui qui sera définitivement adopté. Le calage a été fait dans un premier temps avec les lois de PHILIP et de KOSTIAKOV - LEWIS et dans un deuxième temps avec les modèles simplifiés I(t) = at + b et I(t) = at. En définitive c’est le modèle simplifié I(t) = at + b qui a été retenu du fait qu’il s’applique à la totalité des essais. Le calcul d’intervalles de confiance sur les paramètres de ce modèle montre qu’ils ont été déterminés avec une bonne approximation. Pour juger de la crédibilité du modèle, les résultats obtenus sont comparés avec ceux fournis par les submersions de l’hivernage 90 faisant suite aux débordements du marigot bordant le site. Ainsi le calcul par ce modèle de la lame d’eau qui devrait s’infiltrer au bout de 2H 15mn donne 81mn. Cependant les relevés lysimétriques indiquent une variation quasi-nulle de la quantité d’eau stockée dans le sol avant et après submersion. Toutefois il est à noter que cette différence énorme entre la valeur calculée et celle observée ne permet pas à priori de rejeter le bien-fondé du modèle.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 22 mai 2017