Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2005 → Contribution à l’élaboration du Plan Stratégique d’Assainissement de la commune de Niangoloko (Burkina Faso) : état des lieux de la gestion des déchets solides et liquides et propositions d’actions alternatives

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2005

Contribution à l’élaboration du Plan Stratégique d’Assainissement de la commune de Niangoloko (Burkina Faso) : état des lieux de la gestion des déchets solides et liquides et propositions d’actions alternatives

IBRAHIMA Hamidou

Titre : Contribution à l’élaboration du Plan Stratégique d’Assainissement de la commune de Niangoloko (Burkina Faso) : état des lieux de la gestion des déchets solides et liquides et propositions d’actions alternatives.

Auteur : IBRAHIMA Hamidou

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’Ingénierie FI3 2005

Résumé

La mairie de Niangoloko, comme la plupart des communes des villes moyennes du Burkina Faso rencontre des difficultés à assurer ses devoirs de gérant de la cité, comme stipulé par la loi portant décentralisation de 1996. On note par exemple l’absence d’un document fixant le cadre de la gestion efficiente de l’assainissement des eaux usées et déchets solides. Ce rapport, initié par le projet Valorisation des Ressources en Eau de l’Ouest (VREO), avec l’appui technique du Centre Régional pour l’Eau Potable et l’Assainissement à faible coût (CREPA), vise à contribuer à l’élaboration d’un plan stratégique d’assainissement pour la commune de Niangoloko, par la mise en place des dispositions et d’outils d’aide à la décision qui permettront une meilleure gestion des services d’assainissement des eaux usées et déchets solides.
Pour atteindre les objectifs qui ont été assignés à l’étude, il a été adopté une approche participative, basée sur les observations de terrain, des enquêtes auprès des ménages et des entretiens avec les acteurs impliqués dans le secteur de l’assainissement. Il ressort de l’analyse des résultats de l’étude que malgré le peu de moyens de la mairie et des habitants de la commune, il existe une réelle mobilisation des ces derniers pour une amélioration de la situation actuelle, qui se caractérise par des dépôts sauvages d’ordures ménagères, des rejets d’eaux usées dans les rues et où 28% des ménages utilisent la nature comme lieu d’aisance.
Les propositions qui ont été faites, à l’horizon 2020, comprennent la mise en place d’une filière de gestion de la collecte des déchets solides, pour les populations accessibles par les engins de pré collecte et de collecte. Une filière basée sur les fosses fumières pour celles ne disposant pas assez de moyens ou vivant dans des zones enclavées. Dans le volet Eaux Usées et excréta, nous proposons la mise en place d’un projet, visant à faciliter l’acquisition des ouvrages d’assainissement autonomes aux ménages. Enfin, il est recommandé de redynamiser le comité d’hygiène, et l’ériger en plate forme de concertation pour les acteurs impliqués dans la gestion urbaine.
Nous souhaitons que la concrétisation de ces projets, permette à la ville de Niangoloko de devenir l’un des exemples à suivre en matière de la gestion des déchets solides et liquides au Burkina Faso.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 25 octobre 2016