Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2011 → Prévisions saisonnières et vulnérabilité des producteurs agricoles face à la variabilité climatique dans la zone cotonnière Ouest du Burkina Faso : cas des villages de Dahoura et de Sidéradougou

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2011

Prévisions saisonnières et vulnérabilité des producteurs agricoles face à la variabilité climatique dans la zone cotonnière Ouest du Burkina Faso : cas des villages de Dahoura et de Sidéradougou

Traore, Arahama

Titre : Prévisions saisonnières et vulnérabilité des producteurs agricoles face à la variabilité climatique dans la zone cotonnière Ouest du Burkina Faso : cas des villages de Dahoura et de Sidéradougou

Auteur : Traore, Arahama

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2011

Résumé

La variabilité climatique constitue l’un des principaux facteurs de l’instabilité des récoltes en zone cotonnière à l’Ouest du Burkina Faso. La recherche des stratégies d’adaptations nécessite une bonne connaissance des pratiques culturales des producteurs. C’est dans cette optique que s’inscrit la présente étude dont l’objectif est d’explorer quelques alternatives pouvant contribuer à réduire l’effet de la variabilité climatique sur le revenu des producteurs agricoles. L’analyse qualitative des données d’enquêtes montre que les savoirs locaux de prévision saisonnière perdent de plus en plus leur qualité en termes de fiabilité à cause du phénomène des changements climatiques. Les modèles d’exploitations par le biais de la programmation linéaire montrent que l’allocation actuelle des facteurs de production aux cultures ne maximise pas au mieux les revenus des producteurs. L’écart entre le revenu optimisé et le revenu observé varie entre 12,4 % et 54,8 % selon le type de producteurs et les conditions agro-climatiques. Les résultats de simulation des scenarii climatiques montrent que (i) la réalisation d’une prévision de bonne saison n’a pas d’effet sur le revenu des différents types de producteurs, (ii) celle d’une saison moyenne à un effet positif seulement sur le revenu du producteur manuel, (iii) celle d’une saison sèche à un effet positif sur le revenu de tous les types de producteurs, (iv) les erreurs de prévision saisonnière entraînent une perte de revenu sauf celles de la saison bonne. La simulation de l’effet crédit indique une plus forte dépendance des exploitations des nouvelles zones cotonnières (Sidéradougou) vis-à-vis du crédit que celles du bassin cotonnier (Daboura). L’instauration d’une assurance indicielle basée sur le crédit intrant coton entraine une augmentation du revenu surtout en saison sèche variant entre 4,2 % et 49,3 % selon le type de producteur et les conditions agro-climatiques.

Mots clés : changement climatique, variabilité climatique, prévision saisonnière, modélisation, revenu

Lien vers la version intégrale de la thèse (Site Université)

Page publiée le 20 octobre 2016