Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2001 → Potentialités pastorales des savanes du sud-ouest : cas de Sibera et de Gbonfrera dans la province du Poni (Burkina Faso)

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2001

Potentialités pastorales des savanes du sud-ouest : cas de Sibera et de Gbonfrera dans la province du Poni (Burkina Faso)

Kongbo-Wali-Gogo, Magloire

Titre : Potentialités pastorales des savanes du sud-ouest : cas de Sibera et de Gbonfrera dans la province du Poni (Burkina Faso)

Auteur : Kongbo-Wali-Gogo, Magloire

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Ingénieur du Développement Rural 2001

Résumé

Les potentialités pastorales du terroir de SIBERA et de GBONFRERA dans la zone soudanienne (province de PONI) ont été décrites à travers une étude combinée de cartographie, d’inventaire floristique et d’exploitation des ressources pastorales. La carte de végétation établie à partir des clichées de photographie aérienne, montre cinq unités de paysages qui se différencient par la physionomie de la végétation et l’occupation agricole ; on y rencontre des savanes arborées claires, des savanes arborées denses, des savanes arbustives, des formations rupicoles et des zones de culture. Les relevés phyto-écologiques de chacune de ces unités de végétations ont permis de recenser une flore composée de 95 espèces herbacées et 55 espèces ligneuses. Quatre groupements floristiques ont été mis en évidence.
L’étude parallèle de la productivité des pâturages montre que la quantité de fourrages n’était pas limitative dans le terroir en saison des pluies. La productivité varie de 2.9 t / ha dans les savanes arborées dense à 10.6t / ha dans les formations rupicoles. Soit une capacité de charge de 0.45 UST /ha/an à 1.63 UBT / ha / an. Cependant la répartition des champs limite la bonne exploitation de ces pâturages.
L’espace pastorale tant convoité dans le passé est en voie de dégradation. L’exploitation agricole est à l’origine selon les éleveurs. Les champs sont exploités pendant 6 à 7 ans après les défriches si bien que les rendements sont faibles. Les agriculteurs sont obligés de spéculer sur les grandes surfaces.
Seule une occupation rationnelle de l’espace à travers une profonde modification des systèmes de cultures et d’élevage et une gestion rationnelle des potentialités existantes peut permettre une reconstitution des milieux les plus fréquentés qui présentent des signes certains de dégradation

Mots clés : Agriculture et élevage, Parcours, Potentialités pastorales, Graminées, Ligneux, Valeur pastorale,

Lien vers la version intégrale de la thèse (Site Université)

Page publiée le 19 octobre 2016