Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2011 → Evaluation des besoins en eau et assainissement d’un site de relogement de sinistrés : cas du site de Yagma (Ouagadougou)

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2011

Evaluation des besoins en eau et assainissement d’un site de relogement de sinistrés : cas du site de Yagma (Ouagadougou)

GUILAVOGUI Boniface Prosper

Titre : Evaluation des besoins en eau et assainissement d’un site de relogement de sinistrés : cas du site de Yagma (Ouagadougou)

Auteur : GUILAVOGUI Boniface Prosper

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Spécialisé WASH 2011

Résumé
Le secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement est reconnu comme un élément clé pour la lutte contre la pauvreté, car il est l’un des domaines qui amélioreraient les conditions de vie de tous les individus tout en préservant l’environnement. C’est dans cette optique que nous avons choisi YAGMA, quartier périurbain d’Ouagadougou, site de relogement de sinistrés du 1er Septembre 2009 pour mener notre étude. L’objectif principal que nous nous sommes fixés est de faire un diagnostic du site de Yagma, en termes d’approvisionnement en eau, d’Hygiène, et de proposer d’éventuelles solutions. Apres les observations de terrain, les entretiens, les analyses microbiologiques et physicochimiques de l’eau de forages, et les enquêtes de ménages, nous avons trouvé que : • Tous les ménages enquêtés s’approvisionnent en eau de forages et que 35% se trouvaient à une distance supérieure à 500 m ; • 93% de ménages enquêtés transportent de l’eau dans de bidons plastiques ; • 57% de ménages enquêtés lavent leurs récipients de transport une fois par semaine ; • 66% de ménages enquêtés utilisent la jarre comme récipient de stockage d’eau de boisson ; • 70% de ménages enquêtés ne couvrent pas le récipient de stockage d’eau de boisson ; • 35% de ménages enquêtés vident leurs récipients de stockage après trois jours ; • 70% de ménages enquêtés posent leurs gobelets n’importe où ; • 68% trempent et frottent les mains ensemble dans de l’eau ; • 80% possèdent de latrines ; • 95% n’ont pas de récipients de stockage d’ordures ménagères ; • 62% jettent leurs ordures sur la route ; • 20% de ménages enquêtés utilisent les moustiquaires en toutes saisons.
Pour apporter des solutions, nous avons proposé la construction d’un réseau d’alimentation en eau potable d’une longueur totale de 57051 m, dont 46854 m pour le réseau ramifié et 10197 m pour le réseau maillé. La construction d’une bâche rectangulaire de 1700 m3, dont 25 m de longueur, 17 m de large et une hauteur de 4 m. La construction d’un château métallique, circulaire de 3000 m3 de capacité, dont 5 m de hauteur et 27,64 m de diamètre. La construction de conduites de refoulement de 920 m de long et 500 mm de diamètre. Le cout de l’ouvrage est de six cent quinze millions quatre cents cinquante neuf mille sept cent quatre vingt quinze franc Cfa : 615 459 795 FCFA
Le cout de revient du mètre cube d’eau est de deux cent huit franc Cfa : 208 FCFA Des sensibilisations et formations ont été envisagées sur la propreté autour des points d’eau, la collecte, le transport et le stockage de l’eau, l’hygiène autour des latrines, le lavage de mains, la chasse aux eaux stagnantes, herbes et ordures autour des habitations. Proposition d’un récipient de 25L, muni d’un couvercle et de robinet et pouvant conserver la qualité de l’eau au stockage : Évite la contamination directe pendant la conservation et l’usage.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 28 décembre 2016