Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → Productivité, dynamique des parcours et pratiques d’élevage bovin en zone soudanienne du Tchad

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2010

Productivité, dynamique des parcours et pratiques d’élevage bovin en zone soudanienne du Tchad

Bechir, Ali Brahim

Titre : Productivité, dynamique des parcours et pratiques d’élevage bovin en zone soudanienne du Tchad

Auteur : Bechir, Ali Brahim

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Doctorat 2010

Résumé
La présente thèse s’est fixée comme objectif l’analyse à l’échelle de terroir, de la dynamique spatio-temporelle des ressources fourragères et des pratiques d’alimentation des bovins mises en œuvre par les éleveurs. Elle s’est intéressée plus spécifiquement à la manière dont les pratiques sont concrètement mises en œuvre dans un environnement où l’espace pastoral se réduit et / ou les ressources fourragères se raréfient au fil de temps. Les travaux menés prennent en compte les deux préoccupations majeures : les systèmes fourragers et les pratiques de conduite d’élevage bovin. La méthodologie est articulée autour de trois axes : éleveur-animal-ressources. L’étude des pratiques des éleveurs a été effectuée par la combinaison d’enquêtes semi-directives et des observations de terrain, basée sur le découpage du temps en cinq saisons ou calendrier fourrager communément décrites par les éleveurs et agro-éleveurs tchadiens. La performance pondérale des animaux a été abordée par des mesures barymétriques (Périmètre thoracique) et de note d’état corporel. La végétation a été décrite et évaluée par rapport à sa dynamique, sa diversité floristique et ses potentialités fourragères. Les principaux types de résidus de culture ont été quantifiés et leurs flux étudiés. L’analyse de la structure démographique des principales espèces ligneuses montre des peuplements instables. La production globale du terroir en biomasse herbacée estimée à 4,62 ± 1,0 tMS / ha au pic de biomasse, ne peut couvrir les besoins alimentaires des troupeaux, en raison du rétrécissement continuel de l’espace et des feux de végétation très fréquents dans la zone. La saison a eu un effet significatif sur les paramètres du régime alimentaire des animaux et l’appétibilité des espèces végétales. La complémentation à base des résidus de récolte et des sous produits agro-industriels relève d’une optimisation technico-économique. Elle semble être en voie d’appropriation par les producteurs mais reste encore très dépendante de l’état de la ressource. Ces potentialités fourragères sont peu valorisées, qualitativement et quantitativement. Les pratiques d’alimentation et de rationnement mises en œuvre par les éleveurs sont peu adaptées aux besoins d’entretien des animaux et aux objectifs de production et de travail. La stratégie de rationnement adoptée ne semble répondre à aucun objectif d’amélioration des conditions d’alimentation du cheptel. Cela limite la productivité laitière des femelles ainsi que les performances au travail des bovins de trait. Les contraintes les plus fortes sont donc liées à la difficulté de l’adéquation entre ressources fourragères et besoins réels des animaux. Ainsi, pour accroître le disponible fourrager mobilisable pour l’alimentation du bétail, les systèmes de culture et la gestion des fourrages doivent impérativement évoluer. Dans ce contexte, la durabilité des systèmes d’élevage tient à la capacité d’innovation et d’adaptation des éleveurs face aux mutations en cours. Les investigations menées dans le cadre de cette thèse ont donc permis de définir des indicateurs techniques et économiques d’impacts, indispensables pour le conseil de gestion. Dans une perspective de gestion durable des ressources naturelles et de sécurisation des systèmes d’élevage, une plate forme de gestion concertée des ressources a été élaborée. Ce cadre de concertation formalisé peut ainsi alimenter les réflexions et servir à la négociation entre acteurs. Cependant, l’aide à la décision ou l’accompagnement des acteurs à la co-construction d’une méthode de gestion concertée et durable des ressources naturelles, renvoie à des réalités plus complexes et à des méthodes de recherche différentes ou complémentaires.

Mots clés : Systèmes fourragers - Elevage bovin - Note d’Etat Corporel – Barymétrie - Gestion concertée - Zone soudanienne – Tchad

Version intégrale

Page publiée le 4 novembre 2016, mise à jour le 3 juillet 2017