Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2014 → Risques environnementaux liés à l’utilisation des pesticides dans deux agroécosystèmes à base de coton conventionnel et de coton biologique à Komplan 2 dans la commune de Dano au Burkina Faso

Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) 2014

Risques environnementaux liés à l’utilisation des pesticides dans deux agroécosystèmes à base de coton conventionnel et de coton biologique à Komplan 2 dans la commune de Dano au Burkina Faso

Bayili, Bazoma

Titre : Risques environnementaux liés à l’utilisation des pesticides dans deux agroécosystèmes à base de coton conventionnel et de coton biologique à Komplan 2 dans la commune de Dano au Burkina Faso

Auteur : Bayili, Bazoma

Université de soutenance : Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB)

Grade : Master II 2014

Résumé

L’étude des risques environnementaux liés à l’utilisation des pesticides dans deux agro écosystèmes à base de coton conventionnel et de coton biologique à Komplan 2, est une étude descriptive. Elle a été faite aux moyens d’enquêtes sur les pratiques agricoles, de dosage de résidus de pesticides chimiques au laboratoire et d’utilisation de modèle pour évaluer les risques liés à l’utilisation des pesticides chimiques. Les enquêtes indiquent que les producteurs utilisent les pesticides chimiques et les biopesticides respectivement pour la production du coton conventionnel et du coton biologique. Cependant les programmes d’application et les bonnes pratiques liées notamment à la gestion des emballages et du matériel ne sont pas respectés par les producteurs (95 %). De même, des substances actives interdites comme le paraquat dichloride sont utilisées en culture du coton conventionnel. Le faible niveau d’instruction (20 %) et le manque de formation des producteurs sont des facteurs qui accentuent ces mauvaises pratiques. Toute chose ayant donné lieu à la présence de résidus de diuron (29,03 ; 22,63 ; 105,50 mg/kg) dans 2 échantillons de sol de champ de coton conventionnel et 1 échantillon de sol de champ de coton biologique. Aussi, des résidus de lambda-cyhalothrine (0,0147 g/L) et de deltaméthrine (1,49 g/L) ont été détectés dans un échantillon d’eau de surface prélevé près d’un champ de coton conventionnel. L’utilisation du modèle « Pesticide Impact Rating Index » (PIRI) a montré que le lambda-cyhalothrine et la deltaméthrine présentaient des risques de contamination des eaux de surface mais à des niveaux très faibles. L’atrazine, un herbicide dont l’utilisation est prohibée par le Comité Sahélien des Pesticides (CSP) et pourtant toujours utilisé par les producteurs, présente le risque de contamination le plus élevé. L’analyse des risques de contamination par les biopesticides suivant leurs propriétés physicochimiques, indique que ceux-ci présentent des risques faibles de contamination de l’environnement car ils n’ont pas tendance à y persister. Il est donc nécessaire de promouvoir des pratiques recommandées de production de coton biologique qui semblent plus respectueuses de l’environnement par rapport à une production conventionnelle. Globalement, le risque de contamination est réduit avec une teneur en matières organiques du sol élevée et l’existence d’une zone tampon entre les parcelles et les cours d’eau.

Mots clés : Coton conventionnel, coton biologique, pesticides, risques, environnement

Version intégrale

Page publiée le 6 décembre 2016