Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2011 → Amélioration de la santé publique dans le milieu rural par le suivi de la chaine de l’eau : identification des facteurs de dégradation de la qualité de l’eau dans la province du Ganzourgou

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2011

Amélioration de la santé publique dans le milieu rural par le suivi de la chaine de l’eau : identification des facteurs de dégradation de la qualité de l’eau dans la province du Ganzourgou

TOURE Aicha M’Bambé

Titre : Amélioration de la santé publique dans le milieu rural par le suivi de la chaine de l’eau : identification des facteurs de dégradation de la qualité de l’eau dans la province du Ganzourgou

Auteur : TOURE Aicha M’Bambé

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Spécialisé GSE 2011

Résumé

Les maladies hydriques constituent la troisième (3ème) cause de mortalité infantile au monde et spécialement au Burkina Faso où ce taux reste parmi les plus élevés du monde. La construction de forages fait partie des efforts consentis par l’Etat et ses partenaires pour augmenter le taux d’accès à une eau de qualité. Malgré leur construction, les impacts positifs sur la santé des populations restent négligeables. En l’absence de réseau de canalisations, la corvée de l’eau impose un va-et-vient permanent des femmes entre leur habitation et la source la plus proche. Ce genre d’approvisionnement comporte une phase de transport et de stockage. Par l’intermédiaire d’une caractérisation de la qualité physico-chimique et microbiologique le long de la « chaîne de l’eau » et la comparaison des résultats au comportement observé des villageois, la présente étude tend à dégager les causes de la recrudescence des maladies hydriques dans les villages enquêtés. Au total deux cent quarante huit (248) échantillons d’eau prélevés dans 190 ménages ont été analysés. Les résultats physico-chimiques montrent une présence de Fer, de Chrome, de Nitrate et de Cadmium excédant les normes recommandées par le Burkina Faso/l’OMS dans certaines sources mais en majorité l’eau est de bonne qualité à la source. Sur le plan microbiologique les échantillons analysés sont contaminés par les bactéries coliformes à des degrés divers. Cependant c’est le stockage qui constitue le maillon faible de la chaine où la qualité bactériologique des échantillons d’eau est non acceptable. Les résultats de l’analyse multicritères montrent une corrélation positive entre le comportement et la contamination bactérienne donc l’hypothèse selon laquelle un mauvais comportement conduit à une contamination est vérifiée. Le tau de kendal est environ 0,5 donc les critères choisis corroborent avec la réalité. Envisager des solutions techniques telles que la formation à l’hygiène, le traitement de l’eau à domicile permettant de réduire le risque de contamination et les contraintes de la corvée de l’eau pourrait s’avérer plus adapté.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 1er décembre 2016