Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2011 → Analyse socio-économique et sanitaire de la gestion des boues de vidange dans la ville de Ouagadougou

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2011

Analyse socio-économique et sanitaire de la gestion des boues de vidange dans la ville de Ouagadougou

CISSE Bella

Titre : Analyse socio-économique et sanitaire de la gestion des boues de vidange dans la ville de Ouagadougou

Auteur : CISSE Bella

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Spécialisé GSE 2011

Résumé

Cette étude a pour objectif de faire une analyse socio-économique et sanitaire de la gestion de boues de vidange dans la ville de Ouagadougou enfin de mettre en place des mécanismes efficaces pour une organisation et une planification de la filière de gestion des boues de vidange. Pour ce faire, un état des lieux sur la gestion actuelle des boues de vidange a été réalisé à travers des recherches documentaires, des enquêtes (auprès des ménages et vidangeurs) et des entretiens avec les responsables des mairies et de l’ONEA. L’analyse des données issues de ces travaux de terrain a montré que les ouvrages les plus répandues sont les latrines traditionnelles qui représentent les 54%, dont 87% de ces latrines ne sont pas étanches. Le mode de vidange le plus utilisés c’est la vidange mécanique qui représente les 73% des vidanges et à l’heure actuelle il n’y a pas de tarif unique de vidange. Dans la majorité des cas, la vidange est facturée entre 15000 et 20000 FCFA, l’analyse économique de l’activité a montré que les ménages payaient le plus souvent 15000FCFA pour leur vidange et qu’une majorité (64%) considérait ce tarif excessif. Le coût de la vidange pour l’opérateur a été estimé à 14 231 FCFA actuellement et 16 080 FCFA dans le cas où l’opérateur planifierait l’amortissement de son matériel, le payement de la taxe de traitement et toutes les charges obligatoires. Il a été montré qu’il n’était pas possible de prendre en compte les charges liées au traitement des boues de vidange au niveau de la facture de vidange des ménages, sans pratiquer des tarifs supérieurs aux tarifs actuels. Alors la nécessité de trouver d’autres sources de financement de la filière a été montrée, et une simulation de réinjections d’une partie de la taxe d’assainissement perçue par l’ONEA dans les flux financiers actuels a été proposée. Les différents lieux de déversement, les risques sanitaires, les impacts environnementaux et les contraintes liés à la gestion actuelle des boues de vidange ont été aussi identifiés et des propositions d’amélioration faites, comprennent notamment l’organisation de la filière gestion de boues de vidange, l’amélioration des ouvrages d’aisances dans les ménages, le traitement et la valorisation des boues en agriculture.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 1er décembre 2016