Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2011 → Etat des lieux des conflits d’usage dans les grands bassins versants africains et impacts des organisations de bassins sur la gestion des conflits

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2011

Etat des lieux des conflits d’usage dans les grands bassins versants africains et impacts des organisations de bassins sur la gestion des conflits

NOBUSINAPA BOLITO Alfred

Titre : Etat des lieux des conflits d’usage dans les grands bassins versants africains et impacts des organisations de bassins sur la gestion des conflits

Auteur : NOBUSINAPA BOLITO Alfred

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Spécialisé GIRE 2011

Résumé

Fleuves transfrontaliers, grands aménagements hydrauliques, mauvaise répartition entre les activités humaines ou pénurie sont autant de raisons de crises. L’importance de l’eau n’est plus à démontrer dans la survie des écosystèmes naturels. Cependant, l’eau est devenue, en bien des endroits, une ressource rare et convoitée.
Les besoins grandissants pour cette ressource nécessitent de plus en plus des partages équitables. Comme de nombreux fleuves sont partagés entre plusieurs Etats, les motifs de querelles sont variés : barrage, détournement d’eau, réduction du débit, pollution, pénurie... Il existe plus de 260 bassins versants transfrontaliers à travers le monde et les populations sont obligées de partager la ressource avec leurs voisins d’où des conflits récurrents notamment dans le cas où le cours d’eau traverse les frontières politiques.
Ce travail vise à dresser un état de lieu des conflits d’usages dans les grands bassins versants africains et faire une analyse comparée des modes de gestion dans les différentes agences et organisations des bassins. L’étude se limite à sept bassins à savoir : Le Nil, Le Volta, Le Niger, Le Congo, Le fleuve Sénégal, L’Okavango et Le Lac Tchad.
L’eau est souvent source de conflits entre les différents acteurs qui interviennent dans le domaine de sa gestion. Les causes des conflits sont aussi liées à la mauvaise gestion de l’eau et le non respect des dispositions mises en place pour une meilleure régulation.
Les Agences de bassin et les différents accords signés entre les pays essaient tant bien que mal à réglementer la gestion des cours d’eaux transfrontaliers. Mais ces Agences ne seront véritablement efficaces que si elles disposent de moyens financiers, techniques et humains adéquats pour mener à bien leurs missions. Une chose est d’écrire les textes mais une autre est de les appliquer.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 20 novembre 2016