Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2011 → Etude des dynamiques sociales : interaction entre l’eau, l’espace et les sociétés du bas bassin de la Sandougou, quel (s) modèle (s) d’organisation et de gestion durable des ressources en eau

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2011

Etude des dynamiques sociales : interaction entre l’eau, l’espace et les sociétés du bas bassin de la Sandougou, quel (s) modèle (s) d’organisation et de gestion durable des ressources en eau

FOPAH LELE Armand

Titre : Etude des dynamiques sociales : interaction entre l’eau, l’espace et les sociétés du bas bassin de la Sandougou, quel (s) modèle (s) d’organisation et de gestion durable des ressources en eau

Auteur : FOPAH LELE Armand

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Spécialisé GIRE 2011

Résumé

Le bassin versant de la Sandougou a retenu l’attention du projet GWI-Sénégal dans l’optique d’aide au développement qu’entreprend l’Etat du Sénégal, mais aussi dans celle de renforcer les moyens d’actions jugés insuffisants, afin de répondre au défi que constitue la lutte contre la pauvreté à travers une meilleure gestion des ressources en eau sur le site du projet. La gestion durable des ressources naturelles est actuellement une préoccupation majeure du monde scientifique et des décideurs politiques, et le principe du développement durable requiert que les résultats économiques, sociaux et environnementaux soient optimisés de façon simultanée.
La présente étude s’intéresse aux dynamiques sociales par l’interaction eau-espace-sociétés, afin d’élaborer un modèle d’organisation et de gestion durable des ressources en eau pour pérenniser les aménagements, protéger la ressource et préserver les écosystèmes. Une revue de la littérature, des enquêtes, des entretiens et des observations sur le terrain ; ont abouti à des résultats faisant état d’une mauvaise organisation autour des ressources en eau, des déplacements village-village à la recherche de points d’eau, des pénuries alimentaires, des conflits d’usage autour de la ressource en eau. L’analyse de la gestion a montré une prise en compte des processus d’intégration tout en présentant des entorses dans l’organisation structurelle, notamment une communication pas assez suffisante, une absence de cadre de concertation à grande échelle, une faible implication des autorités et élus locaux et une connaissance non satisfaisante de la ressource en eau et des besoins.
Pour une gestion durable des aménagements et de protection de la nature il convient de mettre en place une organisation et gestion intégrée des ressources en eau combinées aux principes de développement durable sur une unité hydrologique bien délimitée (bas bassin Sandougou). C’est dans ce cadre que se situe cette étude et un bilan hydrique a permis de prendre conscience qu’une gestion rationnelle pourra permettre la prolongation des cultures maraichères de quelques mois.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 30 octobre 2016