Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2010 → Caractérisation d’huiles végétales brutes issues d’oléagineux de l’Afrique de l’ouest comme carburant

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2010

Caractérisation d’huiles végétales brutes issues d’oléagineux de l’Afrique de l’ouest comme carburant

CISSE Mouhamadou Lamine

Titre : Caractérisation d’huiles végétales brutes issues d’oléagineux de l’Afrique de l’ouest comme carburant

Auteur : CISSE Mouhamadou Lamine

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Spécialisé GEER 2010

Résumé
L’étude réalisé dans ce mémoire a permis de caractériser les huiles végétales brutes afin d’estimer leur qualité comme carburant. Pour effectuer cette caractérisation nous avons adapté des protocoles d’analyses utilisant des normes françaises et allemandes au contrôle qualité carburant. Et pour valider cette caractérisation nous avons procéder à la comparaison des résultats obtenues aux seuils donnés par la prénorme allemande, seul existant pour l’heure. A l’issue de cette comparaison nous pouvons dire que nos huiles brutes ( jatropha , tournesol ) présentent de bons profils comme carburant car la plupart des tests réalisés donnent des résultats conformes aux valeurs donnés par la prénorme .Néanmoins le seul problème de ces huiles réside au niveau de l’acidité souvent (> 2 % max toléré ) avec des valeurs comprises entre (6,234 - 3,236 ) % pour la jatropha et 4,086 % pour le tournesol mais au niveau de la teneur en eau (> 0.075% max toléré) qui est dans l’intervalle (0,131 -0,081) % pour la jatropha et 0,112% pour le tournesol , le même phénomène est observé pour le taux de sédiments (> 0,0024 % max toléré ). L’acidité et la teneur en eau pouvant facilement être réduite par l’amélioration des conditions de stockage (acidité, teneur en eau dépendante de l’huile mais aussi de la graine).Notons une diminution de la teneur en eau après filtration des huiles brutes avec des valeurs passant de (0,131 à 0,056 ) % pour l’un des échantillons de jatropha et (0,081 à 0,067) % pour l’autre . Ces valeurs demeurent élevées par rapport à la norme contrairement à l’huile de coton qui a une bonne acidité 0,07 %. Pour les sédiments, on obtient des valeurs élevées pour les huiles brutes. En définitif ce travail a permis non seulement de caractériser les huiles végétales brutes, d’estimer la qualité des huiles brutes comme carburant mais aussi par la suite d’identifier les paramètres à améliorer pour augmenter cette qualité .Ce qui jette les premiers bases d’un projet de norme en Afrique. Ceci participera à réduire considérablement la crise énergétique en favorisant l’utilisation des huiles dans le moteur.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 5 décembre 2016