Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2013 → Etudes techniques d’imperméabilisation des bassins de collecte des eaux de ruissellement

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2013

Etudes techniques d’imperméabilisation des bassins de collecte des eaux de ruissellement

BRAHIM Togoï Issa

Titre : Etudes techniques d’imperméabilisation des bassins de collecte des eaux de ruissellement

Auteur : BRAHIM Togoï Issa

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Génie Civil 2013

Résumé

Le changement et les variabilités du climat en Afrique subsaharienne occasionnent des poches de sècheresse qui ont des effets très préjudiciables sur les cultures. Ainsi pour sécuriser la production agricole et garantir les revenus des producteurs dans les zones sahéliennes du Burkina Faso, le Projet « Irrigation de Complément et Informations Climatiques » a réalisé des Bassins de Collecte des Eaux de Ruissellement en vue d’une irrigation de complément dans des exploitations agricoles pilotes. Afin de gérer efficacement le volume d’eau dans ces bassins, nous avons mené des réflexions allant dans le sens de l’accroissement de leur capacité de rétention. Des études ont été menées d’une part sur la texture et sur la structure des matériaux, et d’autre part sur la perméabilité du fond et des parois des bassins. Il s’agit de la caractérisation de leurs échantillons au laboratoire et la détermination de la porosité des bassins par l’essai de la densité apparente. Cette dernière est de 1,45 ; 1,46 et 1,50g/cm3 respectivement sur le site Mogodin (1), Mogodin (2) et Yennega (2). Sur les six (6) bassins concernés par l’étude, la conductivité hydraulique à saturation maximale est de 6,6E-06 m/s et la plus faible est de 1,78E-08 m/s. Quelques options ont été étudiées, notamment le béton armé, les bâches synthétiques et les argiles locales. Concernant l’utilisation d’argile pour réduire l’infiltration, un essai a été réalisé sur des couches en matériaux de différentes épaisseurs, soumises à une charge hydraulique pour simuler leurs vitesses d’infiltration. Cette expérimentation nous a permis de comparer deux types de sol ayant une proportion d’argile 40% et 18% et un indice de plasticité respectif de 22,6% et 14%

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 12 novembre 2016