Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2009 → Etude de l’influence de l’introduction des fibres, graines de coton et résidus dans la stabilisation des sols

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2009

Etude de l’influence de l’introduction des fibres, graines de coton et résidus dans la stabilisation des sols

BARRO Logossina

Titre : Etude de l’influence de l’introduction des fibres, graines de coton et résidus dans la stabilisation des sols

Auteur : BARRO Logossina

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Génie Civil 2009

Résumé

Les fibres de coton et la mélasse de canne à sucre sont présents dans le milieu africain en général et burkinabé en particulier d’où l’idée de leur utilisation pour améliorer les résistances des sols. Ce travail se propose d’évaluer les performances des briques en terre comprimées confectionnées à différents dosages en fibres et en mélasse de canne à sucre et de déterminer la résistance au poinçonnement grâce à l’essai CBR.
Trois sites ont été sélectionnés pour l’approvisionnement en terre (latérite) et des études géotechniques pour déterminer les caractéristiques physiques et chimiques de ces sols ont été réalisées. Ces études nous indiquent que le premier matériau est un sol argileux très plastique et les deux autres sont des graves argileuses. L’étude chimique nous montre que les deux échantillons que nous avons pu analyser peuvent être qualifiés de vraies latérites vues leur rapport chimique de 0,92 et 0,81. Les fibres de coton sont de la SOFITEX et la mélasse provient de la SOSUCO et n’ont subi aucune analyse. Il faut toutefois noter que les fibres de coton ont été découpées en longueur d’environ 5cm pour faciliter le malaxage.
Nous avons procédés à la confection des briques en terre comprimées de dimension 29,5 14 9 cm avec des dosages massiques pour les fibres de coton de 0,10% ; 0,20% et 0,30% et pour la mélasse de 4%,8% et 12%. Deux méthodes de réalisation des briques ont été utilisées : la compression manuelle et la compression hydraulique. Pour la réalisation de l’essai CBR le sol a été mélangé avec la mélasse de masse volumique 1390Kg/m3diluée dans de l’eau.
Les essais de compression ont été réalisés pour les briques grâce au portique universel et l’essai CBR grâce à la poinçonneuse CBR. Les BTC aux fibres de coton étaient plus ductile en ce sens qu’elles se cassent sans rompre que celle à la mélasse de canne à sucre, cela indique que les fibres apportaient une certaine cohésion à la brique mais n’influaient pas trop sur la résistance. Les dosages à la mélasse augmentent sensiblement la résistance à la compression mais reste toujours faible par rapport au ciment et à la chaux.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 7 décembre 2016