Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2002 → Etat des lieux de la maintenance des équipements et infrastructures dans les périmètres irrigués de l’AMVS

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2002

Etat des lieux de la maintenance des équipements et infrastructures dans les périmètres irrigués de l’AMVS

DIOP Ndiack

Titre : Etat des lieux de la maintenance des équipements et infrastructures dans les périmètres irrigués de l’AMVS

Auteur : DIOP Ndiack

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Génie Civil 2002

Résumé

Cette étude a pour objectif l’évaluation de la gestion de la maintenance dans les périmètres irrigués du Sourou au Burkina Faso. Actuellement, avec le désengagement de l’Etat et la rétrocession des aménagements aux paysans réunis en coopératives, la question de la pérennité des périmètres du Sourou devient cruciale.
En effet, l’évaluation du cadre institutionnel montre une absence de synergie et un manque de cohérence dans l’intervention des différents acteurs impliqués dans la gestion et l’exploitation des aménagements hydroagricoles. Le partage des responsabilités, entre les coopératives et l’Etat, propriétaire des aménagements, n’est pas clairement définit. De nos investigations et nos observations sur le terrain, il en ressort une dégradation prématurée des aménagements. L’évaluation de la pratique de la maintenance montre que les coopératives ne sont pas suffisamment préparées pour assumer l’entretien des équipements et des infrastructures. Elle met en évidence des lacunes sur l’organisation, la planification, l’exécution et le financement de la maintenance des périmètres, constituant ainsi des obstacles à la pérennité des aménagements. CeSa est lié à une difficulté de mobilisation des producteurs et une insuffisante capacité financière défavorable au soutien de la maintenance.
Notre étude réalisée sur un échantillon de quatre périmètres montre que les coopératives pourraient prendre davantage en charge les coûts de maintenance pour une exploitation durable. Des propositions ont été faites sur le plan institutionnel ainsi que sur les aspects organisationnels et financiers de la maintenance. Au niveau institutionnel l’accent a été mis sur la définition des limites géographiques dans lesquelles l’AMVS doit exercer son rôle de coordination et de supervision des interventions des différents acteurs. Sur le plan organisationnel, l’accent a été mis sur la structuration des moyens humains en fonction des responsabilités à assumer. Au niveau financier nous proposons la mise sur place d’un fond de maintenance cogéré qui aura le statut d’une dotation à terme.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 7 novembre 2016