Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2011 → Bâtiment bioclimatique : étude de l’impact thermique d’une toiture verte et réduction des ponts thermiques

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2011

Bâtiment bioclimatique : étude de l’impact thermique d’une toiture verte et réduction des ponts thermiques

TAHIROU Nassirou

Titre : Bâtiment bioclimatique : étude de l’impact thermique d’une toiture verte et réduction des ponts thermiques

Auteur : TAHIROU Nassirou

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Génie Civil 2011

Résumé

Ce mémoire porte essentiellement sur l’étude de l’optimisation de l’enveloppe d’un bâtiment bioclimatique à sept étages, répondant au nom de NIWANGO (« Bienvenue » en langue locale), en recherchant les matériaux adaptés, les techniques de construction, et le confort, tout en intégrant l’aspect économique avec l’utilisation des matériaux locaux disponibles.
Le réchauffement climatique n’est pas une illusion ; c’est un fait réel. Son impact se fait de plus en plus sentir et inquiète les collectivités (Accord de Kyoto1, Grenelle de l’Environnement2...) La sauvegarde de notre environnement est inscrite comme une priorité dans toutes les politiques de développement. La sauvegarde de l’environnement prend plusieurs formes parmi lesquelles figurent les bâtiments bioclimatiques. Cependant, en Afrique, les techniques de végétalisation des toits restent encore mal connues.
Pour une première dans le bâtiment au Burkina Faso et même en Afrique de l’Ouest, II s’agit particulièrement d’étudier là l’impact d’une toiture verte sur le confort thermique dans le bâtiment, les techniques de mise en œuvre en climat tropical sec, en se servant des matériaux locaux. Cette technique de construction se sert de la forte inertie de la terre et de l’évaporation de l’eau, et de l’évapotranspiration des plantes pour le rafraichi s sèment de la toiture et donc des bâtiments. C’est une technique de construction bioclimatique encore jamais étudiée en Afrique occidentale. Cette étude d’optimisation se poursuit en outre par l’étude de méthodes de réduction des transferts de chaleur par effet des ponts thermiques.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 15 novembre 2016