Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2015 → Contribution des méthodes hydrochimiques et géophysiques à l’acquisition de la minéralisation dans les zones côtières cas de la nappe Alluviale de l’oued Nador –Tipaza(Algérie)

Université Hassiba Benbouali de Chlef (2015)

Contribution des méthodes hydrochimiques et géophysiques à l’acquisition de la minéralisation dans les zones côtières cas de la nappe Alluviale de l’oued Nador –Tipaza(Algérie)

Bouderbala, Abdelkader

Titre : Contribution des méthodes hydrochimiques et géophysiques à l’acquisition de la minéralisation dans les zones côtières cas de la nappe Alluviale de l’oued Nador –Tipaza(Algérie)

Auteur : Bouderbala, Abdelkader

Université de soutenance : Université Hassiba Benbouali de Chlef

Grade : Doctorat en Sciences Spécialité Hydraulique 2015

Résumé
La nappe côtière de Nador (Tipaza) a été très sollicitée par les différents usagers depuis 1970 jusqu’à la mise en service du barrage Boukourdane en 1998. Le développement des activités agricoles associées à l’essor démographique a engendré une inversion du gradient hydraulique et par conséquent l’avancée d’un probable biseau salé à plus de 2 km à l’intérieur du contient. La salinité due à cette intrusion marine est atteinte une ampleur en 1995, où les CE ont dépassé 6000 μS/cm et les concentrations des chlorures et sodium ont dépassé 3000 mg/L et 2000 mg/L respectivement dans le secteur côtier. L’objectif spécifique de la présente étude consiste à la caractérisation du phénomène de l’intrusion marine dans cette nappe côtière par une approche multidisciplinaire. Il focalise surtout à la caractérisation hydrogéochimique, l’identification des processus et des réactions chimiques qui gouvernent la salinisation, la détermination précise de la limite de l’intrusion marine et l’étude de l’impact de l’abandon de la majorité des ouvrages de captage d’eau ; de la réduction du débit d’exploitation dans cette nappe ; de l’installation du réseau d’irrigation alimenté par le barrage Boukourdane et l’irrigation au moyen des pompages au niveau d’Oued Nador sur la qualité physico-chimique des eaux souterraines. A cet effet, nous avons effectué des suivis piézométriques et un échantillonnage de 24 puits repartis sur la plaine, ainsi qu’une prospection géophysique par les méthodes électriques pour atteindre les objectifs tracés. L’analyse des cartes d’iso-valeurs de la période de Septembre 2011 ; de certains éléments chimiques a montré de resserrement des courbes au fur et à mesure que l’on se dirige vers la mer, cela se traduit par un gradient de conductivité électrique, des concentrations chlorures et des fractions de l’eau de mer élevés dans les deux premiers kilomètres. L’étude géo-électrique a montré aussi des résistivités faibles de la formation aquifère à moins de 20 Ω.m dans le secteur côtier en comparaison au secteur amont, ceci s’explique par la contribution de l’eau de mer dans les puits côtiers, il se traduit par un mélange entre les eaux marines et les eaux douces, avec une pénétration du biseau salé à l’intérieur de l’aquifère à environ 1.7 km. La combinaison des outils hydrogéologique, hydrochimique et géoélectrique, a bien permis de vérifier l’hypothèse d’une intrusion marine vers l’aquifère de Nador. A la suite de cette étude, les méthodes utilisées ont donné des résultats utiles pour la détermination de la source de salinité et la délimitation du secteur de forte salinité.

Présentation

Version intégrale (9,74 Mb)

Page publiée le 15 novembre 2016, mise à jour le 14 avril 2018