Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2014 → Etude des sources d’eau du massif de Bellezma dans leur cadre structural (Wilaya de Batna)

Université El Hadj Lakhdar de Batna (2014)

Etude des sources d’eau du massif de Bellezma dans leur cadre structural (Wilaya de Batna)

Benagoune Farouk

Titre : Etude des sources d’eau du massif de Bellezma dans leur cadre structural (Wilaya de Batna)

Auteur : Benagoune Farouk

Université de soutenance : Université El Hadj Lakhdar de Batna

Grade : Magistère en Génie Civil, Option : géologie de génie civil et des milieux aquifères, 2014

Résumé
Le massif de Béllezma coincé entre les lames allochtones Sud-sétifiennes au Nord et les monts des Aurès au Sud, était le siège d’une activité tectonique consécutive qui a duré de l’Eocène terminal au Miocène moyen. Les régimes mécaniques résultant de ces deux grandes phases paroxysmales ont donné au massif de Bellezma sa forme caractéristique déprimée et écaillée à l’Est, et bombée à l’Ouest. Un intense réseau de fractures jalonne tout le massif notamment dans sa partie occidentale prouve cette activité tectonique qui a chamboulé toute la région, ces failles ont apparu à la faveur de divers structures plissées qui s’échelonnent d’Est en Ouest. Cette situation a permis également l’apparition de plusieurs systèmes aquifères qui couvrent pratiquement la totalité du massif en se concentrant dans les formations carbonatées et gréseuses. En effet un nombre intéressant d’émergences froides et mêmes chaudes se répartissent d’une manière naturelle le long du massif tant sur le pourtour qu’au centre du massif. A l’heure actuelle et suite à la sécheresse qui frappe la région depuis plus d’une décennie, l’exploitation rationnelle et équilibrée de toutes sortes de ressources d’eau s’avère incontournable, car la majorité des sources étudiées étaient dès l’antiquité des centres d’attraction vitale pour les différentes sociétés et civilisations passées par la région. Cela est bien évident de nos jours où il est facile de constater que la majorité des villes sont bâties autour d’anciennes sources dont une partie est asséchée. Notre étude est une caractérisation de ces sources qui tienne compte de tous les aspects qui interviennent dans leur apparition. Notre étude est appuyée également par Une approche d’illustration informatique basée sur la construction des modèles numériques géologiques 3D passant par les griffons de sources étudiées. L’exploitation de ces modèles géologiques nous a permis de mettre en évidence plusieurs origines, où la quasi-totalité des sources majeures est sous la dépendance directe de grands accidents, par contre ceux qui révèlent de faibles débits ont émergées à la faveur de simples diaclases ou joints de stratification. L’étude de ces modèles a permis pareillement de connaitre et de souligner les niveaux aquifères responsables de l’alimentation de ces sources. Les résultats d’analyses hydrochimiques ont permis de confirmer ces résultats, l’étude des facies chimiques indique un lessivage des formations réservoirs déterminées à l’aide des modèles 3D, un échange de base intéressant affecte pratiquement l’ensemble des sources, il est due principalement aux longues distances que parcourent les eaux avant d’émerger. L’étude hydroclimatique met en évidence un climat semi-aride caractérisant la zone d’étude, et influence directement les débits enregistrés aux émergences des sources qui sont en baisse continue depuis plusieurs années.

Mots Clés  : massif de Béllezma, sources, cadre structural, débits, failles, modèles géologiques 3D, SIG, aquifères, facies chimiques, lessivage, échange de base.

Version intégrale (81,1 Mb)

Page publiée le 12 décembre 2016, mise à jour le 16 janvier 2018