Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2016 → La gestion durable de l’eau en zone aride : le cas de la ville de Djibouti

Université de Bordeaux (2016)

La gestion durable de l’eau en zone aride : le cas de la ville de Djibouti

ABDILLAHI BOEUH Ahmed

Titre : La gestion durable de l’eau en zone aride : le cas de la ville de Djibouti

Auteur : ABDILLAHI BOEUH Ahmed

Université de soutenance : Université de Bordeaux

Grade : Doctorat : Sciences économiques : Bordeaux : 2016

Résumé
La question de l’accès à l’eau potable se pose avec acuité pour les pays de la région subsaharienne où un individu sur trois n’a pas accès à une source d’eau améliorée. L’objectif de cette thèse vise à définir les conditions d’une gestion durable de l’eau pour la ville de Djibouti. Dans ce contexte, la question de l’approvisionnement en eau est envisagée dans une perspective patrimoniale afin de tenir compte des particularités de la ressource en zone aride et des usages spécifiques qui lui sont associés dans un environnement marqué par la pauvreté. Un apport majeur de la thèse réside d’une part dans l’analyse du contenu d’une politique durable de l’eau à Djibouti en présence d’inadéquation entre l’offre et la demande de l’eau et, d’autre part, des implications de cette politique en termes de tarification de la ressource selon les usages mais aussi en terme de répartition plus équitable de l’eau au sein de la population. La première partie de la thèse s’intéresse à l’étude de la disponibilité de cette ressource rare à travers son mode de gestion ainsi qu’à sa mesure à l’aide d’indicateurs. Elle propose également un cadre d’analyse de la ressource en resituant les principaux concepts utiles à la définition d’une gestion durable de l’eau. La seconde partie met l’accent sur l’analyse des déterminants de la demande en eau et des choix en matière d’approvisionnement pour Djibouti-ville. Pour ce faire, elle s’appuie sur une étude économétrique réalisée à partir d’enquêtes auprès d’un échantillon de 400 ménages. L’estimation d’un modèle probit multivarié permet de considérer que le choix d’être raccordé à un branchement à domicile dépend des caractéristiques socio-économiques du ménage. Cette thèse apporte des résultats originaux sur l’accès à l’eau des ménages et montre en particulier le rôle joué par des facteurs tels que le revenu, la taille de la famille ou le niveau d’éducation du chef de famille dans les choix opérés par les ménages.

Mots clés : Zone aride ; Accessibilité ; Pauvreté hydrique ; Inégalité d’accès ; Gestion durable de l’eau ; Djibouti

Présentation (SUDOC)

Version intégrale

Page publiée le 4 novembre 2016, mise à jour le 3 janvier 2017