Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2016 → Habitat et mode de vie de la vallée du Drā (Maroc) : le village d’Asrir n’llemchane

Université de Lyon (2016)

Habitat et mode de vie de la vallée du Drā (Maroc) : le village d’Asrir n’llemchane

Gentilleau, Jeanne Marie

Titre : Habitat et mode de vie de la vallée du Drā (Maroc) : le village d’Asrir n’llemchane

Housing and lifestyle in the Drâa Valley (Morocco) : monograph of a village, Asrir n’Ilemchane

Auteur : Gentilleau, Jeanne Marie

Université de soutenance : Université de Lyon

Grade : Doctorat 2016

Résumé
Cette thèse traite de l’architecture d’un village du Sud présaharien au Maroc, avec l’objectif de comprendre les origines et le développement de l’architecture traditionnelle dans cette région dans son contexte culturel et historique. Le village choisi ici comme exemple représentatif est le qsar d’Asrir n’Ilemchane dans la vallée du Drā. Cette agglomération est un exemple très spécifique de ces groupements fortifiés aux maisons mitoyennes à puits de lumière central. Au-delà de la dénomination courante d’ « architecture berbère », l’étude vise à comprendre l’énigme de son origine à travers une analyse détaillée et compréhensive de l’architecture villageoise. À cette fin nous essayons de distinguer les contributions respectives des groupes sociaux qui l’habitent, principalement deux, les Draoua ou Haratines, habitants originels, agriculteurs-jardiniers de l’oasis, et les Berbères Ayt Ātta, semi-nomades transhumants de la montagne proche, le jbel Saghro, installés plus récemment, comme protecteurs des sédentaires. Après une présentation du contexte naturel et historique de la vallée et de son peuplement composite, notre démarche de recherche s’appuie sur une documentation architecturale détaillée, relevés et dessins, d’une trentaine de maisons, une observation participative et des entretiens avec les habitants dont quelques « anciens ». Nous examinons le mode constructif de ces maisons en terre crue, adobes et pisé, savoir-faire spécifique des maçons haratines. Cet habitat est mis en perspective avec le mode de vie et l’organisation sociale de la population, en lien avec l’agriculture de palmeraie et le système d’irrigation. L’analyse des maisons a permis de forger des hypothèses sur le développement du village et de son enceinte au cours des siècles, puis son extension hors les murs. Ainsi a été étayée une première conclusion : si cette architecture dans sa facture première de « maison-grenier » est de conception draoua, elle a été ensuite modifiée et enrichie par les Berbères. Pour terminer, nous évoquons les transformations de cet habitat en tension entre tradition et modernité. Elles sont marquées à la fois par l’usage de techniques et de matériaux constructifs différents et par les modifications profondes de l’environnement local, national et global, d’autant que, rejoint spatialement par Zagora, la ville toute proche, le qsar que nous étudions a fini par y être intégré comme quartier. Cette situation a créé de nombreux bouleversements à la fois dans la forme du qsar que dans sa vie quotidienne.

Mots clés : Habitat Établissement humain Architecture de terre crue Mode de vie Tradition Palmeraie Irrigation Maroc Haratines

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 7 novembre 2016, mise à jour le 6 septembre 2017