Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 1990 → Etude hydrodynamique de la nappe de bas-fonds de Gourga (Bidi)

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 1990

Etude hydrodynamique de la nappe de bas-fonds de Gourga (Bidi)

BIDJOCKA Jean-Pierre

Titre : Etude hydrodynamique de la nappe de bas-fonds de Gourga (BIDI)

Auteur : BIDJOCKA Jean-Pierre

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie FI3 1990

Résumé
L’étude de l’amélioration de la capacité de rechange de la nappe de bas-fond de GOURGA dans la province du YATENGA au BURKINA FASO a conduit à certains aménagements réalisés (par l’ORSTOM) sur le bassin hydrologique. Un réseau de piézomètres a fourni depuis 1987 une série de mesures. A ces dernières s’ajoutent celles, bien que fragmentaires effectuées sur des ouvrages de captage (puits) exploités par la population. L’interprétation des différentes mesures est tentée dans l’étude ci-après. Il a été dégagé de prime abord deux (2) principales zones de transfert d’eau de surface vers les horizons aquifères. La première, celle de perte par infiltration temporaire des eaux drainées par le marigot (AOTO) pendant la crue. La deuxième, celle de transfert sous inondation prolongée,
Sans toutefois s’attarder à l’analyse des crues, l’accent a été mis sur l’étude du phénomène de transfert dans le deuxième cas de figure ; l’objectif poursuivi étant de ressortir l’influence de la limnimétrie sur le taux de réalimentation. Certes il y a inondation pendant la période hivernale, il n’en demeure pas moins que le phénomène de suralimentation escompté est on ne peut plus moindre de par la faiblesse de la charge maximale dans la retenue (en référence à la cote du plan d’eau normale). Car rappelons le, le taux de réalimentation est non seulement une fonction du temps d’inondation mais aussi de la cote atteinte par l’eau (dans la retenue). Nous avons tenté à cet effet de déterminer le seuil d’alimentation et d’en dégager en se rapportant à la cote maximale des eaux, la tranche limnimétrique "utile "seule capable d’engendrer une incidence notoire sur la remontée piézométrique.
L’analyse morphologique de la surface piézométrique de la nappe a été faite dans l’étude de l’aquifère. Par la suite, une approche de régionalisation a été abordée bien que le stade actuel des investigations ne permet pas de définir avec certitude des singularités constitutives des limites (géologiques et hydrodynamiques). A ce stade de début de caractérisation et comme base de départ pour la phase d’identification, en l’absence des paramètres hydrodynamiques de site, référence a été faite aux études et travaux déjà effectués dans la région. Les données numériques avancées au chapitre 4 par deux (2) méthodes (méthode par planimétrage de la carte des courbes d’égale variation de charge positive, la deuxième celle de la moyenne des aires) tentent de chiffrer ou tout au moins de donner la borne inférieure de la tranche régulatrice de la nappe.

Présentation du mémoire (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 17 mars 2017