Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → SUSTAINABLE DESIGN OF OILSEED-BASED BIOFUEL SUPPLY CHAINS – THE CASE OF JATROPHA IN BURKINA FASO –

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2014

SUSTAINABLE DESIGN OF OILSEED-BASED BIOFUEL SUPPLY CHAINS – THE CASE OF JATROPHA IN BURKINA FASO –

CHAPUIS Arnaud

Titre : SUSTAINABLE DESIGN OF OILSEED-BASED BIOFUEL SUPPLY CHAINS – THE CASE OF JATROPHA IN BURKINA FASO

Auteur : CHAPUIS Arnaud

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) co tutelle Université de Toulouse

Grade : DOCTORAT EN SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L’EAU, L’ENERGIE ET L’ENVIRONNEMENT 2014

Résumé
Au Burkina Faso, les biocarburants suscitent de nombreux espoirs quant au développement de l’accès à l’énergie en zone rurale et à la substitution des carburants fossiles importés. Plusieurs initiatives de production de biocarburants à partir de Jatropha ont été lancées au cours des dernières années par des ONG et des opérateurs privés. Le gouvernement envisage de définir un politique d’accompagnement pour le développement de ce secteur. Les bénéfices potentiels issus de cette activité, en terme de contribution au développement durable, doivent donc être soigneusement étudiés afin de prendre les décisions adéquates.
L’objectif de ce travail est d’évaluer les opportunités de développement des biocarburants, en définissant les possibilités techniques dans le contexte et en analysant à quelles conditions et dans quelle mesure elles peuvent contribuer au développement durable. L’approche repose sur la modélisation des procédés impliqués dans la production, couplée à des outils d’évaluation environnementale et économique. L’efficacité économique est évaluée par une analyse de la valeur ajoutée produite au sein des filières, ainsi que sa distribution sous forme de revenus, aux employés, aux agents de la filière, à l’état et aux banques. Les impacts environnementaux, notamment les émissions de GES et la consommation d’énergie fossile, sont évalués à l’aide d’une analyse de cycle de vie.
Trois produits finaux différents ont été envisagés : l’huile végétale brute (HVB) ou raffinée, destinée à des applications stationnaires et le biodiesel dédié aux transports. Une analyse individuelle de chaque procédé a permis d’identifier les paramètres les plus sensibles au niveau local. Pour tous les procédés, le prix de la matière première conditionne largement le coût de production. Pour la production d’HVB, le rendement en huile et la teneur en huile des graines ont une importance capitale. Les performances économiques du raffinage et de la transestérification de l’huile sont largement influencées par la capacité de transformation des procédés en raison d’économies d’échelle, et dans une moindre mesure, par la technologie et les ressources utilisées pour la fourniture énergétique. Dans le cas de la production de biodiesel, le prix du méthanol est également un facteur crucial.
La méthode d’évaluation développée a été appliquée à plusieurs scénarios de production de biocarburants à partir de graines de Jatropha produites par les petits exploitants. Les résultats montrent que la méthode permet d’apporter des informations essentielles pour la prise de décisions politiques. Sur la base d’un prix de marché des graines de 100 FCFA/kg, les trois types de biocarburants envisagés peuvent être produits de manière rentable. Dans certains cas, l’utilisation de technologies avancées pour l’approvisionnement en énergie et la valorisation des sous-produits est indispensable pour atteindre un coût de production compétitif. Cela pourrait aussi être une solution pour augmenter le prix des graines afin d’assurer des revenus plus élevés aux agriculteurs. La production d’huile raffinée pour la production d’électricité est particulièrement coûteuse et nécessite une production à grande échelle pour être rentable.
Les filières impliquant une usine de biodiesel approvisionnées par plusieurs huileries décentralisées constituent une solution pour contribuer à la fois l’amélioration de l’accès à l’énergie en zone rurale et à la substitution des combustibles fossiles. Les revenus perçus par l’Etat sont directement liés à la valeur ajoutée et aux bénéfices générés par les producteurs de biocarburants. Enfin, les impacts environnementaux de la production d’huile sont relativement faibles, en termes d’émissions de GES et de consommation d’énergie fossile, en particulier si la fourniture énergétique est basée sur une ressource renouvelable. En revanche, les impacts de la production de biodiesel sont largement affectés par l’utilisation de méthanol.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 13 janvier 2017, mise à jour le 3 juillet 2017