Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → Caractérisation phénotypique et moléculaire des populations de poules locales (Gallus gallus domesticus) de l’Ouest Algérie

Université des Sciences et de la Technologie d’Oran. Mohamed Boudiaf (2015)

Caractérisation phénotypique et moléculaire des populations de poules locales (Gallus gallus domesticus) de l’Ouest Algérie

MAHAMMI Fatima Zohra

Titre : Caractérisation phénotypique et moléculaire des populations de poules locales (Gallus gallus domesticus) de l’Ouest Algérie

Auteur : MAHAMMI Fatima Zohra

Université de soutenance : Université des Sciences et de la Technologie d’Oran. Mohamed Boudiaf

Grade : DOCTORAT LMD 2015

Présentation
Dans le but de contribuer à la caractérisation des populations de poules locales algériennes, des enquêtes sur le terrain ont été menées dans dix wilayas de l’Ouest algérien regroupées en trois zones agro-écologiques : littoral (LT), plaines intérieures (PI) et hauts plateaux (HP). D’après ces enquêtes, les femmes sont les principales responsables des élevages avicoles, elles utilisent le revenu modeste de ce type d’exploitation pour répondre à certaines charges de leurs maisons et enfants. Les poules sont élevées dans des conditions médiocres et par conséquent leur productivité est faible. La caractérisation phénotypique de 334 poules locales, échantillonnées durant les enquêtes, a permis de révéler une grande diversité phénotypique qui est due à la présence d’un certain nombre de mutations à effet visible. Les mensurations corporelles considérées (poids corporel, longueur des tarses et des barbillons, diamètre des tarses et hauteur des crêtes) confirment le dimorphisme sexuel connu pour cette espèce avec des valeurs de poids corporel significativement plus élevées chez le mâle (1817± 297 g) que chez la femelle (1335 ± 227 g). Les statistiques exploratoires appliquées sur l’ensemble des caractères phénotypiques (qualitatifs et quantitatifs), montrent que les trois écotypes LT, PI, HP, sont semblables.

Pour plus de précisions concernant la diversité génétique des poules locales, 233 spécimens ont été génotypés avec un panel de 23 marqueurs microsatellites. Huit lignées commerciales ont été incluses dans l’étude pour étudier une éventuelle introgression des gènes de ces lignées dans le pool de gènes local. Deux populations de poules sauvages rouges de la jungle ont également été rajoutées pour comparer la gamme de la diversité entre les oiseaux domestiques et sauvages. Pour l’ensemble des populations étudiées, un total de 236 allèles a été détecté, avec une moyenne de 10,26 allèles par locus. Une grande variabilité génétique est observée au sein de la population algérienne qui a présenté un total de 184 allèles, dont 35 luisont spécifiques, et une valeur d’hétérozygotie (Ho = 0,557) intermédiaire entre celles observées chez les populations de poules sauvages (Ho varient entre 0,601 et 0,687) et les lignées commerciales (Ho varient entre 0,244 et 0,51). Bien que l’analyse de la structuration des écotypes algériens n’a pas révélé de sous populations, l’approche supervisée, en utilisant des données de la localisation géographique des individus, a montré une différenciation faible (2,56) mais significative (P < 0,01) entre les poules des trois écotypes. Ainsi, la diversité génétique des écotypes algériens peut être sous l’influence de deux facteurs ayant des effets contradictoires : l’emplacement géographique peut induire une certaine différenciation tandis que le niveau élevé des échanges et des flux de gènes peut la supprimer. L’originalité de la poule locale de l’Ouest algérien est menacée, un degré d’introgression non négligeable des gènes des souches commerciales au niveau du pool de gènes local a été détecté. Cette introgression peut être due aux croisements non déclarés avec des poulets commerciaux. Il est de ce fait recommandé de mettre en œuvre un pro

Mots clés : poules locales, diversité génétique, caractérisation phénotypique, caractérisation moléculaire, microsatellites.

Version intégrale (4,67 Mb)

Page publiée le 15 novembre 2016, mise à jour le 2 mai 2018