Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Etude de l’évolution de la salinisation de l’aquifère de la Chaouia côtière (Azemmour-Bir Jdid, Maroc) : climatologie, hydrogéologie, hydrochimie et tomographie électrique

Université Chouaib Doukkali El Jadida (2014)

Etude de l’évolution de la salinisation de l’aquifère de la Chaouia côtière (Azemmour-Bir Jdid, Maroc) : climatologie, hydrogéologie, hydrochimie et tomographie électrique

Najib Saliha

Titre : Etude de l’évolution de la salinisation de l’aquifère de la Chaouia côtière (Azemmour-Bir Jdid, Maroc) : climatologie, hydrogéologie, hydrochimie et tomographie électrique

Auteur : Najib Saliha

Université de soutenance : Université Chouaib Doukkali El Jadida

Grade : Docteur Hydrogéologie 2014

Résumé
Cette étude a pour but de mieux comprendre les processus de la salinisation de la nappe côtière de la Chaouia par de multiples approches : hydrogéologique, hydrochimique et géophysique, afin de déterminer la limite actuelle du biseau salé. L’étude climatique sur une longue série a révélé pendant les trois dernières décennies une augmentation de la température en moyenne annuelle, une évaporation et évapotranspiration plus fortes parallèlement les apports pluviométriques ont chuté et donc des besoins en eau plus importants. Les résultats de l’état piézométrique en 2009 et 2011 déterminé par la méthode géostatistique, ont pu mettre en évidence un avancement de l’isopièze zéro vers les terres avec un recul signalé en 2011. L’étude hydrochimique a révélé une contamination des eaux souterraines échantillonnées, l’approche statistique multivariée et la classification de Stuyfzand ont montré une salinisation élevée des eaux souterraines dans la frange littorale indiquant une contamination par l’eau marine. Ce qui confirme les résultats de la cartographie de la vulnérabilité de la nappe par la méthode GALDIT qui ont montré une forte vulnérabilité de la nappe à l’intrusion marine dans la zone côtière au SW entre Azemmour et Tnine Chtouka avec une atténuation de cette vulnérabilité au-delà des deux premiers kilomètres par rapport à la mer . L’interprétation des profils de tomographie électrique exécutés confirme que l’origine de la salinité est due à une intrusion marine dans l’aquifère. Au nord-est, la formation de schistes altérés est faiblement affectée par l’eau marine, due notamment à la faible porosité et perméabilité de schistes. Par contre ausud-ouest,laformation calcaire du crétacé est la plus touchée en liaison avec sa perméabilité élevée. Cette étude a montré que l’effet de la salinisation par les eaux marines dans la Chaouia côtière entre Azemmour et Bir Jdid est lié essentiellement à la nature lithologique des formations aquifères.

Mots clés : Hydrogéologie ; hydrochimie ; intrusion marine ; statistique ; Chaouia côtière ; tomographie de résistivité électrique.

Annonce de la thèse

Version intégrale (38,73 Mb)

Page publiée le 14 novembre 2016, mise à jour le 11 janvier 2018