Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Liban → Conditions d’alimentation et âges des eaux souterraines dans la plaine de la Bekaa (Liban)

Université libanaise (2005)

Conditions d’alimentation et âges des eaux souterraines dans la plaine de la Bekaa (Liban)

Awad Sadek

Titre : Conditions d’alimentation et âges des eaux souterraines dans la plaine de la Bekaa (Liban)

Recharging conditions and ages of the groundwater of the Bekaa’s valley (Lebanon) : hydrogeologic, hydrochemical and isotopic studies

Auteur : Awad Sadek

Université de soutenance  : Université libanaise co tutelle Université de Paris-Sud

Grade : Doctorat : Terre, océan, espace. Sciences de la terre : Université libanaise : 2005

Résumé
La plaine de la Bekaa s’étend parallèlement à la côte libanaise, elle est limitée des deux côtés Est et Ouest par deux hauts massifs montagneux de direction NE-SW (Anti-Liban et Mont-Liban respectivement), cette morphologie est due à l’existence de plusieurs failles. Les deux massifs sont dominés par des affleurements cénomaniens au Nord et des formations jurassiques au Sud ; dans la plaine de Ia Bekaa ces formations sont surmontées par des couches plus récentes qui apparaissent sous forme d’Éocène au Sud et de Néogène au centre et au Nord. Les 4 aquifères qui existent sont : Jurassique, Cénomanien (ces deux sont captifs, et avec un karst profond évolué), Éocène (karst non profond) et Néogène (aquifère superficiel non karstifié). Une interconnexion entre les aquifères existé par drainage ascendant et descendant surtout au niveau des failles. Le faciès géochimique des aquifères est calco-magnésien, bicarbonaté ; les eaux sont à saturation et/ou sursaturation vis-à-vis de la calcite et de la dolomite. L’étude des teneurs isotopiques en ơ18O et ơ2H (% vs VSMOW) confirment l’absence d’une évaporation des eaux de recharge durant leur infiltration rapide, l’altitude de recharge des aquifères est de basse (Éocène et Néogène) à haute altitude (Cénomanien et Jurassique). La dissolution des sulfates (Gypse du Cénomanien) est à l’origine du SO42- dissous dans l’eau ; l’oxydation de marcasite existant au niveau du Jurassique supérieur est aussi à l’origine des sulfates dissous. L’âge des eaux peut aller de 50 ans (eaux des aquifères superficielles (Éocène et Néogène) et des sources) jusqu’à 15 000 ans (eaux des aquifères profonds (Jurassique et Cénomanien)).

Mots clés : Hydrologie. Hydrochimie. Radiochronologie. Karst. Carbonates. Pollution. Ressources naturelles

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 16 novembre 2016, mise à jour le 1er janvier 2018