Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2012 → Analyse des facteurs microbiens régissant le caractère invasif d’Acacia mearnsii dans la subéraie du parc national d’EL-Kala (NE algérien)

Université des sciences et techniques de Montpellier 2 (2012)

Analyse des facteurs microbiens régissant le caractère invasif d’Acacia mearnsii dans la subéraie du parc national d’EL-Kala (NE algérien)

Boudiaf, Imène

Titre : Analyse des facteurs microbiens régissant le caractère invasif d’Acacia mearnsii dans la subéraie du parc national d’EL-Kala (NE algérien)

Analysis of factors governing microbial invasiveness Acacia mearnsii in the cork oakEl kala National Park (North East of Algeria)

Auteur : Boudiaf, Imène

Université de soutenance : Université des sciences et techniques de Montpellier 2

Grade : Doctorat : Microbiologie/Parasitologie : Montpellier 2 : 2012

Présentation
Les plantes invasives constituent un phénomène très répandu sur la planète qui entraîne des problèmes environnementaux majeurs aboutissant à des perturbations significatives dans les processus régissant la conservation de la diversité végétale et microbienne des sols. Acacia mearnsii (De Wild) est l’une des espèces d’Acacia ayant un potentiel invasif important. Cette légumineuse d’origine australienne a été introduite dans les subéraies du Parc National d’El-Kala (PNEK), au Nord-Est de l’Algérie, où elle induit des dégradations drastiques sur l’écosystème forestier de chêne-liège Quercus suber (L.) et la diversité végétale et microbienne de cette formation forestière. L’objectif de cette étude a été d’évaluer les transformations induites par A. mearnsii sur les caractéristiques et microbienne du sol (particulièrement les communautés de symbiotes microbiens) et d’en déterminer les conséquences sur le développement de chêne-liège. Une série d’expérimentations a été réalisée sur les sols de trois sites dans le PNEK : forêt naturelle de Q. suber (site non envahi), peuplement mixte Q. suber et A. mearnsii (site envahi récemment par A. mearnsii) et peuplement d’A. mearnsii (site anciennement envahi par A. mearnsii). Les analyses de sol, de la diversité fonctionnelle et structurelle des microorganismes telluriques ont révélé l’existence de modifications liées à la présence de l’espèce envahissante. D’autre part, il a été déterminé que A. mearnsii avait un effet inhibiteur sur le développement du chêne-liège et sur son cortège ectomycorhizien associé. De plus, cette essence semble avoir la capacité de s’adapter facilement au milieu d’introduction, du fait de sa forte mycotrophie vis à vis des champignons mycorhiziens arbusculaires, et de sa facilité de nodulation spontanée avec des bactéries symbiotiques principalement du genre Bradyrhizobium. La présence de symbiotes compatibles avec A. mearnsii dans les habitats envahis représente probablement un des facteurs susceptibles de faciliter le processus d’envahissement de l’espèce. Nos résultats suggèrent que la régression du développement du chêne-liège peut être liée aux modifications induites par A. mearnsii sur le fonctionnement du sol et la structure des microorganismes telluriques. Cet effet est probablement lié à d’autres éléments biotiques et abiotiques du milieu envahi influencé par cet arbre. Il sera donc important d’affiner cette étude, et d’analyser plus précisément les paramètres pouvant être à l’origine du succès de l’invasion par A. mearnsii afin de définir un cadre de lutte contre cette espèce invasive et ainsi sauvegarder la subéraie .

Mots Clés : Acacia mearnsii Quercus suber Parc National d’El Kala Plantes invasives

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 2 février 2017