Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → Femmes et gestion des ressources naturelles au Niger : analyse de l’implication féminine et des réponses politiques : cas du projet de développement rural intégré de Keita.

Université Laval (2001)

Femmes et gestion des ressources naturelles au Niger : analyse de l’implication féminine et des réponses politiques : cas du projet de développement rural intégré de Keita.

Amadou Madougou, Ramatou

Titre : Femmes et gestion des ressources naturelles au Niger : analyse de l’implication féminine et des réponses politiques : cas du projet de développement rural intégré de Keita.

Auteur : Amadou Madougou, Ramatou

Université de Soutenance : Université Laval

Grade : Doctorat (Ph.D.) 2001

Résumé
Cette recherche vise d’une part à comprendre les facteurs explicatifs de la participation des femmes à la gestion des ressources naturelles dans le cadre d’un projet de développement rural intégré et d’autre part à analyser les politiques institutionnelles (État, projet et associations feminines nationales) à l’égard de ces femmes. Drainée par des variables conceptuelles de l’écologie politique féministe, une méthodologie synchronisant une collecte documentaire approfondie, une observation participante et des entrevues, la recherche s’inscrit dans une perspective qualitative d’analyse. Forte de verbatim, l’étude démontre que bien que le projet ait été initialement prévu pour les hommes, les femmes réussiront à se l’approprier et à s’investir pleinement pour atteindre ses objectifs initiaux Elles inciteront, par ce fait, à rehausser les politiques du projet en leur faveur mais surtout à renforcer leur statut économique et susciter une admiration de large envergure. Par ailleurs, les résultats de l’analyse révèlent que la participation des femmes à la gestion des ressources naturelles dans le cadre du projet est une combinaison de plusieurs chaînons explicatifs dont les plus importants sont : l’avenir de la progéniture. l’accès à la terre, l’accès aux crédits, le souci d’indépendance économique, la convoitise des avantages sociaux et la compétitivité. Dans l’optique d’une meilleure autonomie féminine, la conclusion suggère une redéfinition des politiques et stratégies des programmes de développement féminins à travers la création des volets ’’ progéniture’’ . Elle exhorte également au redressement du mandat des associations féminines nationales et une réaffirmation de l’intérêt de l’État pour les questions féminines. La divulgation du travail extraordinaire de gestion de ressources naturelles effectué par des femmes. sa valorisation et des propositions en vue de l’améliorer constituent l’apport de cette thèse qui offre un créneau à l’appréhension d’une réalité féminine rude parsemée de déboires. Sur le plan théorique, l’étude retient l’écologie politique féministe comme outil constructif de la problématique environnementale féminine. Elle débouche également sur des recommandations et des pistes de recherches futures.

Présentation (Amicus)

Version intégrale

Page publiée le 12 février 2004, mise à jour le 7 février 2018