Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → Populations rurales et planificateurs : l’impossible consensus sur la définition et l’acceptation sociales des risques liés aux projets de développement rural en Afrique subsaharienne. Etude de cas des projets de barrage et d’irrigation de Kpong et de Weija (Ghana).

Universite Laval (2001)

Populations rurales et planificateurs : l’impossible consensus sur la définition et l’acceptation sociales des risques liés aux projets de développement rural en Afrique subsaharienne. Etude de cas des projets de barrage et d’irrigation de Kpong et de Weija (Ghana).

Roberts, Eugene Tommie Tawiah

Titre : Populations rurales et planificateurs : l’impossible consensus sur la définition et l’acceptation sociales des risques liés aux projets de développement rural en Afrique subsaharienne. Etude de cas des projets de barrage et d’irrigation de Kpong et de Weija (Ghana).

Auteur : Roberts, Eugene Tommie Tawiah

Université de soutenance : Universite Laval

Grade : Doctorat of Philosophy (Ph.D.) 2001

Résumé
Les projets de développement rural, exercices de planification rationnelle basés sur des prévisions scientifiques, sont présentés comme des solutions objectives à des problèmes de retard technologique et économique, et de dégradation environnementale, notamment. Toutefois, ils comportent aussi leur part d’incertitudes et de risques. Ces derniers sont perçus et acceptés différemment par l’ensemble des acteurs sociaux. Ces perceptions divergentes posent le problème de l’arbitrage et des négociations en vue de la plus large acceptation sociale possible des projets, celle-ci étant indispensable pour assurer une pleine participation des populations locales dans la réalisation des projets de modernisation agricole. L’analyse des ’Weija Irrigation Project’ et ’Kpong Hydroelectric’ et ’Irrigation Projects’ au Ghana montre le profond décalage dans la perception et l’acceptation sociales des risques liés à ces projets. Au ton triomphaliste des planificateurs et autres responsables de projets qui chantent des lendemains sans risque, correspond le ch_ur de lamentations des villageois qui rappelle, à tous ceux qui veulent bien écouter, la réalité d’un risque appréhendé devenu chaque jour plus difficile à supporter. Ce dialogue de sourds entre les principaux acteurs nous renvoie à la vieille question de l’acceptabilité sociale et de la participation aux actions de développement en général.

Présentation (GIERSA)

Version intégrale

Page publiée le 12 février 2004, mise à jour le 6 septembre 2019