Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2012 → Analyse de la place du niébé dans les habitudes de consommation et les apports nutritionnels des ménages urbains ouagalais

ISTOM ; Agrocampus Ouest (2012)

Analyse de la place du niébé dans les habitudes de consommation et les apports nutritionnels des ménages urbains ouagalais

Dugré Manon ; Stéphanie Régnault

Titre : Analyse de la place du niébé dans les habitudes de consommation et les apports nutritionnels des ménages urbains ouagalais

Auteur : Dugré Manon ; Stéphanie Régnault

Etablissement de soutenance : ISTOM ; Agrocampus Ouest

Grade : Ingénieur Agroalimentaire 2012

Résumé
Avec la hausse des prix des denrées agricoles depuis 2008, les ménages burkinabés les plus modestes adaptent leur mode de consommation en limitant les sources protéiques animales en premier lieu. La valorisation de légumineuses locales, comme le niébé, pourrait permettre de limiter les carences protéiques et ainsi améliorer la sécurité alimentaire au Burkina-Faso et limiter sa dépendance croissante vis-à-vis de produits importés. Il est donc intéressant d’étudier son intérêt nutritionnel pour la population visée, sa place actuelle dans les habitudes alimentaires des burkinabés et les facteurs pouvant influencer sa consommation. Cette étude est basée sur des enquêtes de consommation menées entre mai et juin 2012 à Ouagadougou auprès de 204 ménages. La consommation de niébé profiterait surtout aux ménages modestes car il se substitue alors aux céréales, améliorant l’apport en protéine et en acides aminés indispensables. De manière générale le niébé semble bien ancré dans les habitudes alimentaires des ménages urbains, bien que la préparation à domicile ne soit pas très répandue et est surtout le fait de ménages à revenus élevés, les catégories basses le consommant plutôt hors-foyer. Les ménages urbains consomment du niébé pour ses qualités organoleptiques et nutritionnelles, il permet également de diversifier le régime alimentaire. Cependant divers obstacles de consommation du niébé ont été identifiés tels que son prix, son temps de préparation, sa difficulté de conservation et sa toxicité éventuelle dû à l’ajout de produits chimiques. La transformation du niébé en produits semi-finis (farine, semoule, granulés) adaptés aux besoins des consommateurs semble être une solution envisageable pour valoriser le niébé, cela permettrait de faciliter sa consommation en diminuant son temps de préparation et en limitant les problèmes de conservation.

Présentation

Page publiée le 23 janvier 2017, mise à jour le 29 septembre 2019