Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Manuels, guides, rapports techniques → Divers → Renforcer la résilience des systèmes agricoles urbains Évaluer l’Agriculture Urbaine et périurbaine à Dakar, Sénégal

2014

Renforcer la résilience des systèmes agricoles urbains Évaluer l’Agriculture Urbaine et périurbaine à Dakar, Sénégal

Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE)

Titre : Renforcer la résilience des systèmes agricoles urbains Évaluer l’Agriculture Urbaine et périurbaine à Dakar, Sénégal

Editors : Padgham, J. et J. Jabbour (eds.)
Auteurs : Moussa Sy, Mamadou Khouma, Marie Sophie Gueth Ndong, Ndèye Yacine Badiane, Youga Niang, Mohamed Oumar Diagne, Mouhamadou Lamine Dial, Idy Niang et Ousseynou Diop
Publisher  : Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE)
Date de parution : novembre 2014

Résumé Analytique
Ce rapport, qui présente les résultats d’une évaluation des connaissances sur l’agriculture urbaine et périurbaine (AUP) de la ville de Dakar, au Sénégal, a été élaboré en 2012. Il fait l’état des lieux de l’AUP dans la ville travers le prisme de l’intensification des pressions urbaines et l’augmentation des risques climatiques dans le but de déterminer comment ces facteurs et bien d’autres interagissent potentiellement pour compromettre la viabilité à long terme de l’AUP, et quelles options d’intervention sont nécessaires pour relever les défis actuels et émergents. _ L’évaluation vise à : 1) décrire les caractéristiques majeures de l’agriculture urbaine et périurbaine, et identifier les en matière de connaissance des systèmes de l’AUP ; 2) examiner l’ensemble des facteurs de stress qui contribuent à la vulnérabilité des systèmes de l’AUP aux changements climatiques et à d’autres changements ; et 3) identifier des domaines essentiels pour le renforcement des politiques et des capacités institutionnelles susceptibles de contribuer à la durabilité du secteur AUP dans un contexte plus global de villes résilientes et de systèmes alimentaires.
L’agriculture urbaine et périurbaine (AUP) dans la région de Dakar est bien développée et contribue de façon significative à l’alimentation de la ville et de la région et à la vitalité économique du système alimentaire de la ville.
Il existe de vastes zones de production de légumes, principalement dans les Niayes, une dépression géologique avec une nappe phréatique élevée qui traverse la région. L’AUP est liée aux marchés locaux et extérieurs, avec des systèmes de production qui comportent une gamme de petits et grands exploitants qui offre des emplois saisonniers à des migrants en lieu urbain et à d’autres migrants ruraux installée à titre provisoire. En dépit de son importance économique, l’AUP est soumise à de nombreuses contraintes, notamment par rapport à la disponibilité des terres convenables, l’incertitude relative à la propriété foncière, l’accès limité à l’eau d’irrigation de qualité, la faible protection des politiques et un faible niveau d’investissements. Ces facteurs nuisent à la durabilité du secteur et contribuent aux risques sanitaires et environnementaux, tels que ceux liés à l’utilisation des eaux usées non traitées pour la production de légumes.
Le défi majeur lié à la viabilité à long terme de l’AUP à Dakar est le manque croissant de terres cultivables et d’eau. Avec la réduction de l’espace agricole en milieu urbain et la baisse de l’approvisionnement en eau souterraine et de surface, l’utilisation de technologies plus intensives—réseaux d’irrigation, l’irrigation au goutte-à-goutte et à la motopompe remorquable, etc.—devient de plus en plus nécessaire, ce qui pourrait encore faire grimper les coûts de la production et réduire le taux de rentabilité. Les défis actuels liés aux ressources foncières et en eaux s’accentuera de plus en plus avec l’intensification des pressions urbaines et le changement climatique au cours des prochaines décennies.
L’émergence d’un marché foncier informel, conjuguée à l’application faible ou inexistante des règlements d’utilisation des terres, entraine la conversion de l’affectation des terres en milieux urbain et périurbain dans la région de Dakar. Alors que le Sénégal a élaboré un plan d’action pour la protection des Niayes, le non-respect des règlements de zonage, le chevauchement et l’autorité réglementaire mal définie entre État et collectivités locales, ainsi que la coexistence tendue entre le droit coutumier et le droit constitutionnel, compromettent la protection des terres agricoles dans le région de Dakar, et marginalisent davantage les activités de production agricole.

Version intégrale

Page publiée le 11 janvier 2017, mise à jour le 14 juin 2018