Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2014 → Multiplication de l’Arganier (Argania spinosa L. Skeels)

Université Hassiba Ben Bouali Chlef (2014)

Multiplication de l’Arganier (Argania spinosa L. Skeels)

ZIANI Somia

Titre : Multiplication de l’Arganier (Argania spinosa L. Skeels) par vitro semis,microbouturage, microgreffage, organogenèse et/ou embryogenèse somatique

Auteur : ZIANI Somia

Grade : Magister en Sciences Agronomiques 2014

Université : Université Hassiba Ben Bouali Chlef

Résumé
L’ arganier ( Argania spinosa L. Skeels) , le seul représentant de la famille tropicale des Sapotaceae est espèce forestière endémique Algero-marocain , parfaitement adaptée au climat aride et semi-aride. Cette espèce est d’une importance écologique , sociologique et économique considérable . Ces derniers temps, les arganeraies sont en régression continues suite au surpâturage et la surexploitation et la difficulté de régénération et de multiplication par les techniques traditionnelles. Cela impose la maitrise des nouvelles techniques de la micropropagation in vitro . Les expérimentations entreprises ont pour objectif l’étude de la réponse de l’arganier ( Argania spinosa L. Skeels) aux différentes techniques de culture in vitro à savoir le vitrosemis et le microbouturage. La première partie de cette étude était réservée au vitrosemis. Les graines germent à un taux important lorsqu’elles sont prétraitées à l’acide gibbérellique (1 mg/l) et conservées à une température de 4°C pendant 48 heures, puis exposées à la lumière en culture. La deuxième partie concerne le micro bouturage , où les résultats ont montré que l’utilisation la BA et la Kn à 0.5 mg/l s’est montré la plus favorable au débourrement des bourgeons axillaires . L’addition de l’acide gibbérellique à 0.1mg/l dans le milieu de culture permet un bon allongement des pousses d’arganier. En dernier, l’enracinement, qui est la plus difficile étape de régénération de l’arganier , a été réussi sur un milieu MS contenant 10 et 20 mg/l d’AIB, avec un nombre moyen de 4 à 6 racines de 2 à 3 cm de long. Il ressort de c es essais que la micropropagation de l’arganier par vitrosemis et microbouturage est faisable, et plus efficace lorsque le matériel végétal utilisé est juvénile. Cette étude nous a permis d’identifier le protocole fiable à la régénération de plant entier d’arganier et de connaitre les compositions hormonales propices pour la réussite de nos expérimentations . Des travaux complémentaires doivent être faits pour pouvoir acclimater ses plants d’arganier obtenus.

Mots clés : Arganier, régénération in vitro , vitrosemis, microbouturage, débourrement, élongation des pousses, cals, rhizogenèse

Présentation

Version intégrale (5,78 )

Page publiée le 21 janvier 2017, mise à jour le 18 août 2017