Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2011 → Etude de la tolérance aux stress abiotiques chez le blé dur (Driticum Durum Desf) sous étage du semi-aride

Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach (2011)

Etude de la tolérance aux stress abiotiques chez le blé dur (Driticum Durum Desf) sous étage du semi-aride

ADJABI, Abdelhamid

Titre : Etude de la tolérance aux stress abiotiques chez le blé dur (Driticum Durum Desf) sous étage du semi-aride

Auteur : ADJABI, Abdelhamid

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach

Grade : Doctorat es Sciences en Agronomie 2011

Résumé
Les résultats de l’étude de l’interaction génotype x année des variétés de blé dur (Triticum durum Desf) testées au cours de six campagnes agricoles consécutives (1998-2003), sous conditions semi-arides indiquent peu de reproductibilité de l’information concernant le rendement grain suite au changement de l’ordre de classement des génotypes d’une année à l’autre. Au cours des six campagnes, hormis Béliouni, MBB et Sémito qui figuraient parmi les moins performants, les autres génotypes tenaient la tête du classement au moins une fois. La présence de l’interaction est suggérée par le ratio σ²maxi/σ²mini qui varie de 1 à 12.1 et par l’analyse de la variance combinée qui indique que la somme des carrés des écarts (SCE) des traitements est constituée de 42.41%, 8.43% et 49.15%, respectivement pour l’effet année, génotype et interaction. La régression conjointe est peu apte à traiter les données d’une telle expérimentation dont elle n’explique que 12.76% de la SCE de l’interaction. Par contre le modèle AMMI s’avère plus adapté, expliquant jusqu’à 84.0% de la SCE de l’interaction. L’AMMI1 décrit bien la complexité de l’interaction associée aux comportements des 15 génotypes évalués. Cependant d’un point de vue sélection, il s’avère difficile d’identifier un génotype adapté à toutes les campagnes et possédant, en plus, un rendement élevé. Le génotype relativement le plus stable est Mrb16/Ente//Mario, qui se distingue par un rendement moyen supérieur à la moyenne générale des 6 campagnes. Le génotype le plus performant, en moyenne des 6 campagnes, mais dont le comportement est très irrégulier, est Cyprus1. Ceci suggère que la stabilité n’est pas associée à la performance. La classification hiérarchique des campagnes et des génotypes suggère l’existence de facteurs limitants très différents qui se sont exprimés lors des différents groupes de campagnes pour les différents groupes de génotypes. Les indices de tolérance utilisés classent différemment les génotypes évalués et forment des groupes divergents. Les résultats suggèrent d’utiliser l’un des indices P, MP, GMP ou STI, lorsque la sélection est orientée vers la performance et la tolérance des stress. Dans le cas où l’on privilégie la sélection des génotypes tolérants et plus performants sous conditions de stress, il est conseillé d’utiliser l’indice HMP. L’utilisation de ces indices a identifié les génotypes Cyprus1 et Heider/Martes//Huevos de Oro comme les plus tolérants et performants sur l’ensemble des milieux. Elle a identifié aussi Waha et Adamillo/ Duilio//Simeto comme tolérants et performants uniquement dans les milieux favorables et les génotypes Massara1 et Belikh2 comme tolérants et performants dans les milieux non favorables. L’étude de la relation entre le rendement grain, la stabilité temporelle et la discrimination isotopique du carbone indique que le rendement grain mesuré au cours des six campagnes ne montre pas de liaisons significatives avec Δ13C, mesuré au cours d’une seule saison. Le signe négatif des coefficients de corrélation suggère que les génotypes ayant un faible Δ13C sont plus aptes à maintenir la croissance sous conditions de stress que les génotypes présentant un Δ13C élevé. La sélection pour de faibles valeurs de Δ13C est attractive mais demande à être confirmée par d’autres études complémentaires sous les mêmes conditions.

Mots clés : T. durum ; Interaction ; AMMI ; Régression ; Classification ; Adaptation ; Indice ; Performance ; Stabilité temporelle ; Discrimination isotopique du carbone ; Climat méditerranéen

Présentation (ENSA)

Version intégrale (1,68 Mb)

Page publiée le 24 janvier 2017, mise à jour le 28 janvier 2017